Burundi: Le dialogue continue entre Gitega et Bruxelles en vue d'une levée des sanctions

Au Burundi, le chef de la diplomatie Albert Shingiro et l'ambassadeur de l'Union européenne Claude Bochu entouré ses collègues des états membres vont reprendre ce mercredi matin dans un grand hôtel de Bujumbura, le dialogue politique en vue de la levée des sanctions prises contre Gitega en 2016. Ce dialogue, au point mort depuis lors a repris en février, à la suite de l'accession au pouvoir du successeur de Nkurunziza.

Objectif affiché pour ce nouveau round de négociations, tenter de conclure le plus rapidement possible un dialogue politique qui a repris il y a à peine près de six mois, mais qui a déjà franchi une première étape avec la décision des groupes d'experts de Bruxelles de lancer le processus qui va conduire à terme, à une levée des sanctions budgétaires contre le gouvernement burundais.

C'est un « pas important » qui a été franchie grâce à « des évolutions positives qui ont été initiées par le président Évariste Ndayishimiye en termes de bonne gouvernance, d'état de droit et des droits de l'homme », s'est réjoui Claude Bochu lundi, juste après lui avoir annoncé « la bonne nouvelle ». Mais il prévient : « C'est une étape nécessaire qui vient d'être franchie, mais pas suffisante », avant de rappeler que d'autres progrès sont espérés au cours des prochains mois.

Les autorités attendues au tournant par l'UE

Gitega est donc attendue sur des sujets tels que l'ouverture de l'espace politique, la liberté des médias, une renaissance de la société civile ou encore l'épineuse question de l'imposition de quotas ethniques aux ONG internationales.

Les ONG internationales et locales des droits de l'homme justement, ont dénoncé une annonce précipitée, en accusant le pouvoir burundais de faire des gestes plutôt « symboliques » tout en continuant à commettre de graves violations des droits humains. L'Union européenne en est consciente, selon un de ses diplomates. Mais c'est le prix à payer selon lui, pour avoir de nouveau un levier contre un pouvoir qui s'était montré intransigeant jusqu'ici.

La balle est donc dans le camp du pouvoir burundais, qui doit donner de nouveau gages à son principal bailleur de fonds européen.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X