Congo-Kinshasa: L'Assemblée nationale annonce que les 500 voitures ne seront plus des cadeaux

Le bureau de l'Assemblée nationale est embarrassé par la polémique autour d'un supposé don de véhicules aux 500 députés. Le rapporteur de la chambre basse du parlement congolais a quelque peu amendé la version de son patron en assurant que ces jeeps seront offertes à titre de crédit aux députés.

« Les Jeeps commandées par le bureau, comme à chaque législature, seront accordées à crédit aux honorables députés », affirme le rapporteur Joseph Lembi Libula. Par cette affirmation, le bureau de l'Assemblée a changé son fusil d'épaule.

« Chaque institution a ses traditions et ses pratiques », soutient le rapporteur, qui a de quoi justifier l'achat des luxueux 4x4 neufs. En dépit de leurs grosses rémunérations, « les honorables députés se rendent aux travaux à moto ou en taxi. L'Assemblée nationale a enregistré beaucoup d'accidents. Il est honorable que l'élu de la Nation ait la mobilité qui lui donne un peu plus de dignité. Qu'est-ce qui est illégal, immoral », déclare Joseph Lembi devant la presse au siège du Parlement.

« Ils sont en train de vouloir couvrir un scandale »

Cette nouvelle déclaration a surpris plus d'un député, que ce soit ceux de l'opposition dont les pro-Kabila ou alors les radicaux comme Jean-Baptiste Kasekwa. « Comment le bureau de l'Assemblée peut-il se donner l'audace d'aller contracter un crédit à mon nom, sans que je l'aie souscrit ? C'est un mensonge. Je n'en ai jamais été informé. Ils sont en train de vouloir couvrir un scandale ».

Pour ce député, « cette affaire mérite une enquête sérieuse », car selon lui, « les propos du président de l'Assemblée selon lesquels le don est de M. Félix Tshisekedi fait penser à un enrichissement illicite, sans cause, qui est une infraction conformément à l'article 165 de notre Constitution. Où a-t-il trouvé tous ces moyens afin d'acheter des Jeeps aux députés ? ».

Il n'existe pas non plus de ligne de crédit pour ces Jeeps dans le budget de l'assemblée, soutient cet opposant. Il rejette ainsi l'offre, tout comme son collègue Delly Sessanga, pourtant de l'Union sacrée, pro-Tshisekedi. « Je ne suis ni preneur ; ni souscripteur de cette opération », dit-il. Mais c'est trop tard pour annuler la commande, car le premier lot de Jeeps est arrivé, pour être livrés d'ici à juillet, presque à mi-mandat.

Les accusations de tentative d'achat de conscience des députés sont ainsi démenties, même si dans un extrait sonore qui a fuité vendredi 18 juin, le président de l'Assemblée, Christophe Mboso, explique que le « don » réservé au départ aux seuls députés pro-Tshisekedi a été étendu à ceux de l'opposition « pour qu'ils mesurent la grandeur d'âme de Félix Tshisekedi ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X