Burkina Faso: Guerre contre le terrorisme - « La population a un rôle important à jouer », ministre Tamboura

Le ministre porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura : « La guerre contre le terrorisme se gagne avec tout le monde ».

Le Conseil des ministres s'est tenu, le mercredi 23 juin 2021, à Ouagadougou, sous la présidence du chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré. La situation sécuritaire délétère a largement été au centre des échanges.

L'embuscade contre une équipe de relève de la police qui a entrainé la mort de onze policiers sur l'axe Barsalogo-Foubé au Centre-Nord, l'attaque de Solhan au Sahel et la situation des Volontaires de Défense de la Patrie (VDP) ont été les préoccupations majeures évoquées lors du Conseil des ministres du mercredi 23 juin 2021. Le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, a informé que deux Forces de défense et de sécurité (FDS) ont perdu la vie dans les opérations de ratissage dans la zone où l'embuscade contre les policiers a eu lieu sur l'axe Barsalogo-Foubé. « Leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé. Cela a alourdi le bilan », a-t-il précisé.

A propos de l'attaque terroriste de Solhan en début juin, le porte-parole du gouvernement a indiqué que des interrogatoires menés avec deux suspects appréhendés avant l'attaque ont permis d'obtenir des informations. Il est ressorti des confidences des suspects que l'attaque a été perpétrée par le groupe Moujahid Al Qaïda affilié au Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM). « Les assaillants étaient en majorité âgés entre 12 et 14 ans. Des femmes avaient joué un rôle en indiquant des concessions et des cibles », a relevé le ministre en charge de la communication. Aux rumeurs concernant les corps des onze policiers, Ousséni Tamboura a apporté un démenti. « Les corps des onze policiers ont été rapatriés à la morgue militaire. Tout ce qui a été dit par rapport aux corps est faux. Certains ont dit que les policiers n'étaient pas armés.

C'est également une fausse information », a-t-il souligné. Dans la lutte contre le terrorisme, le ministre porte-parole du gouvernement a confié que les services de sécurité ont mis le grappin sur un suspect qui était dans les fichiers, à Boromo, et qui se révélait être un recruteur et un informateur. « Tout cela montre le rôle des gouvernants et des FDS dans la lutte contre le terrorisme, mais les populations ont également leur partition à jouer. C'est grâce aux renseignements que cet individu a été appréhendé. C'est dire aussi que nous devons faire attention aux facteurs endogènes de la menace pour mieux la combattre », a argué M. Tamboura. Concernant les VDP, les sources indiquent, selon le porte-parole du gouvernement, le décès du chef VDP du village de Sala dans un affrontement avec des hommes armés. « Depuis lors, d'autres VDP ont répondu présent à l'appel. Il y a une dizaine qui n'ont pas encore donné signe », a-t-il ajouté.

Concertations communales sur la réconciliation

Qu'en est-il de la situation des VDP du Nord qui ont lancé un cri du cœur sur les réseaux sociaux ? Le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré, a répondu que les informations sont en cours de recoupement. « Il faut mettre en place une certaine logistique pour pouvoir les vérifier, ce qui prend un certain temps », a-t-il précisé. Cette attaque n'aurait-elle pas pu être évitée ? « La technique que tout le monde craint est l'embuscade parce que ce sont les ennemis qui prennent l'initiative. Elle est violente, rapide et dévastatrice. Les embuscades, soit on les évite parce qu'on a l'information, soit on y tombe et on limite les dégâts », a réagi M. Compaoré.

En plus de la situation sécuritaire, le Conseil des ministres s'est appesanti sur son agenda habituel. Au titre du ministère de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, un rapport relatif à la tenue des concertations communales inhérentes à la réconciliation a été adopté. C'est la commune de Ouahigouya qui va ouvrir le bal desdites concertations, le samedi 26 juin prochain, sous le haut patronage du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Au titre du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, le conseil a adopté un rapport relatif à la 16e édition de la Foire internationale du Livre de Ouagadougou (FILO) qui se tiendra sous le thème : « Edition et marché du livre au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives », du 25 au 28 novembre 2021.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X