Sénégal: Les nouveaux chantiers de la fédération seront la massification et le développement du handball masculin (président)

Dakar — La Fédération sénégalaise de handball (FSH) va continuer sa politique de massification de cette discipline dans l'ensemble du pays, tout en s'attelant à relancer la sélection masculine et ériger un centre de formation pour les garçons à l'image de celui mis en place pour les filles, l'année dernière, a-t-on appris de son président.

"Nous allons continuer la massification de la pratique et cette saison, grâce entre autres aux moyens fournis par le ministère des sports, nous avons mis à la disposition des ligues des moyens pour pratiquer la discipline jusqu'au niveau des petites catégories", a notamment expliqué Seydou Diouf dans une interview accordée ce mercredi à l'APS.

Le handball peut se targuer d'être une des rares disciplines pratiquées partout sur le territoire national, où des clubs régionaux sont dans l'élite, selon Seydou Diouf. Il souligne que pour cette saison 2020-2021, il a été décidé de jouer dans un premier temps des compétitions zonales et finir sur le plan national.

"Dans cette volonté de faire de la massification, il est prévu de mettre sur pied des sélections régionales qui vont venir concourir sur le plan national", a ajouté le président de la FSH.

Au côté du centre national d'entraînement pour les filles de Thiès, ouvert en octobre 2020, la Fédération envisage de lancer un centre pour les garçons, a annoncé le président Seydou Diouf. Il précise que le chantier sera lancé dans un proche avenir.

Le centre national d'entraînement pour les filles a été érigé grâce aux ressources de sponsoring générées par les bonnes performances de la sélection féminine (médaillée de bronze aux Jeux africains 2015, finaliste de la CAN 2018 et participation à la Coupe du monde féminine décembre 2019).

"Aujourd'hui, nous avons 21 filles prises en charge entièrement et scolarisées", a-t-il dit. Il précise que ce sont de jeunes handballeuses recrutées sur le plan local avec des techniciens du cru et un expatrié qui a coaché à Nancy (France).

"L'objectif, a-t-il précisé, c'est de former des joueuses d'élite sur le plan local dans les mêmes conditions que ce qui se fait en Europe."

"Avec dans un premier volet, une sélection nationale en misant sur tous nos handballeurs expatriés en Europe, en Arabie Saoudite, dans les pays du Maghreb et les binationaux, ce qui fait un potentiel important qu'il faut organiser", a-t-il dit.

"Ensuite, nous pensons ériger une académie. Nous allons faire, à partir de juillet 2021, un grand rassemblement pour faire de la détection afin de recruter une bonne vingtaine de jeunes qui seront mis dans les mêmes conditions que les filles", a ajouté Seydou Diouf.

Dans le cadre de ce projet, dit-il, la Fédération sera accompagnée par des cadres français, avec un choix porté sur des jeunes qui doivent allier sports et études comme le font les filles.

"Tout le monde ne peut pas devenir professionnel mais il faut avoir une autre corde à son arc", a-t-il par ailleurs affirmé.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X