Congo-Brazzaville: Spectacle - « Chant de cygne » et « Le sexe de Matonge » sur les planches

Les textes des dramaturges russe Anton Tchekov le « Chant e cygne » et congolais Sony Labou Tansi, « Le sexe de Matonge », ont été interprétés sur scène par la troupe « Théâtre des arts libres », au Centre culturel russe (« Maison Russe »), en présence de sa directrice, Maria Fakhrutdinova.

C'est à l'occasion du vingt-sixième anniversaire de la mort de l'éminent dramaturge, romancier et poète congolais, Sony Labou Tansi, que le Théâtre des arts libres a donné ce spectacle qui est un "Dialogue entre Anton Tchekov et Sony Labou Tansi". Il a été interprété par Jean Marie Diatsonama et Maryse Flore Banouanina, sous la musique de Roms Mundibu (chanteur) et Robardain Kouyokila dit six vitesses (instrumentaliste). L'action principale du drame se déroule dans théâtre provincial. Le vieux comédien Vasily Vasilich Svetlovidov, se réveillant seul dans un théâtre vide après sa représentation, commence à parler de sa vie, de son talent, de son amour et de sa mort, repensant aux années vécues.

Dans l'étude « Chant de cygne », l'histoire est racontée du point de vue du héros, qui est à la fois acteur, metteur en scène et spectateur de ce qui se passe, ses paroles sont une histoire-mémoire. Un autre motif est l'amour insatisfait, sacrifié pour travailler au théâtre. En effet, c'est le drame du vieil acteur qui semble gagné par la solitude, la peur du vieillissement. La deuxième partie du dialogue est une oeuvre de Sony Labou Tansi « Le sexe de Matonge ». En effet, Matonge, le quartier de Kinshasa capitale de la République démocratique du Congo (RDC) qui jamais ne dort... Deux amis originaires des deux Congo, en compagnie d'une jeune fille, passaient une nuit à la rencontre des Kinois, à travers les bars et les « ngandas » de Matonge.

Pour l'interprète Jean-Marie Diatsonama, sa troupe a voulu faire un lien entre la Russie et le Congo. Ils ont pensé présenter ces deux grands auteurs, notamment Anton Tchekov et Sony Labou Tansi. « Lorsque je cherchai un texte je suis tombé sur le (« Chant de cygne »), qui parle de la vie des acteurs, des comédiens que nous sommes. Car les artistes sont négligés. Ce texte m'a inspiré et m'a donné l'envie de monter ce spectacle... J'ai regardé de l'autre côté le texte de Sony Labou Tansi, et surtout qu'on venait de célébrer son anniversaire, j'ai pensé qu'il fallait lui faire quelque chose. C'est ainsi que j'ai pensé exploiter le texte (« Le sexe de Matonge »). Sony, c'est un Congolais de Brazzaville qui s'est rendu à Kinshasa avec son ami Ngalamouloumé et se sont mis à silloner les bars et les Nganda de Kinshasa. Il y a dedans, la rumba qui nous appartient, qui appartient au Congo, qui appartient aux bantous. Et nous devons être fiers de cela », a signifié Jean-Marie Diatsonama.

La directrice du CCR (« Maison Russe »), Maria Fakhrutdinova, a exprimé ses sentiments. « Notre centre donne traditionnellement son espace pour que les créateurs puissent s'exprimer. Nous sommes ravis de soutenir cette idée de mettre ensemble deux écrivains sur la même scène...». Pour eux, il était important de rendre hommage à l'écrivain, qui a largement contribué à l'héritage littéraire africain. « Nous sommes ravis que les spectacles basés sur les classiques russes sont toujours bien accueillis par les spectateurs congolais. Nous avons reçu beaucoup de bons témoignages. Cela nous encourage, et nous espérons avoir la possibilité de recevoir petit à petit plus d'artistes, quand la situation sanitaire va s'améliorer. »

Roms Mundibu qui a interprété les grands noms de la musique dans cette pièce pense que le métier qu'il a choisi n'a pas de frontière. De la musique aujourd'hui au théâtre c'est de l'art, dit-il. « A Matonge, Sony parle du sexe des deux rives. Mon rôle dans ce spectacle c'était d'interpréter en live les grands noms de la musique des deux rives à l'instar de Franklin Boukaka, Luambo Franco, Tabu Ley, ... , avec des chansons comme "Mazé" ; "Kinshasa" ; "Pont sur le Congo" ; "Katucha", une chanson russe que j'interprété en français », a-t-il fait savoir.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X