Ile Maurice: Violation du code d'éthique alléguée - Enième convocation d'Anoup Goodary au Bar Council

Il a reçu une réprimande du Conseil de l'Ordre des avocats, le vendredi 18 juin, pour avoir enfreint le code d'éthique en critiquant, à travers une vidéo, une magistrate qui avait renvoyé une affaire en cour. Cela lui avait coûté une mise en garde du Bar Council lui demandant de ne pas «bring the profession into disrepute».Toutefois, les frasques de l'avocat Anoup Goodary sont loin d'être finies.

Il nous revient qu'il a reçu une énième lettre le même jour, où le Bar Council lui de s'expliquer d'ici sept jours, sur une photo qu'il aurait publiée d'un membre du Bar Council, Me Poonum Sookun-Teeluckdharry, avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth avec le commentaire, «We are neither blind, nor dumb.» Toutefois, cette photo avait été prise le jour de la célébration des 20 ans au barreau de Me Sookun-Teeluckdharry, organisée par l'Arya Sabha.

Me Goodary aurait également posté une vidéo intitulée My little Gift (threat of disciplinary sanctions... ) sur les réseaux sociaux dans laquelle il associerait les membres du Conseil à un parti politique, les accusant de partialité. Ses commentaires vont plus loin, soutenant que le Bar Council tenterait de l'intimider après qu'il a dénoncé des agissements du gouvernement dans l'affaire Kistnen. Et ce n'est pas tout. Après la convocation de Me Rama Valayden devant le Conseil par rapport à son arrestation à 2 heures du matin, Me Goodary avait déclaré à la presse : «Mo espere bar council maintain high standard of ethics. Pas les politisien manipul zot. Li grav si zot les zot influense par politisien. Mo soueté li gard so lindependans ek intégrité.» Pour toutes ces raisons, Anoup Goodary devra venir avec une explication valable pour convaincre le Bar Council de ne pas prendre des sanctions contre lui.

Retour sur ses précédentes convocations...

Anoup Goodary est convoqué par le secrétaire du Bar Council, Yahia Nazroo. Il avait placé un panneau à chemin Vingt-Pieds, Grand-Baie, affichant son numéro de téléphone. Il en sort indemne après avoir présenté ses excuses et promis de faire enlever le panneau car un avocat ne peut solliciter de publicité.

2018 : David Gaiqui accuse l'homme de loi d'avoir posté une photo, où il est enchaîné nu sur une chaise dans un poste de police, sans sa permission. Cela avait valu à Goodary une interpellation du Central Criminal Investigation Department (CCID), qui l'a ensuite autorisé à repartir libre après le retrait de la plainte.

2019 : L'avocat est convoqué suivant un entretien à la télévision nationale où il portait le col et le rabat qui ne se portent qu'en cour de justice. Le Bar Council lui reproche de solliciter de la publicité. Anoup Goodary, sans la permission de la Mauritius Bar Association, avait aussi donné une interview à son siège à un journaliste d'un site privé. Cela lui vaudra des critiques des membres du barreau et du président d'alors.

Février 2020 : Des policiers du poste de Terre-Rouge portent plainte contre l'avocat qui a peu plaidé en cour pour Breach of Information and Communication Technologies Act car il aposté leurs noms sur Facebook, les accusant de brutalité sur un suspect, Krishna Seetul. S'ensuivra une convocation au CCID... Il participe aussi à une vidéo dans laquelle il porte son rabat pour une mise en scène avec un humoriste sur les «Avengers». Cela n'avait pas plu aussi au Bar Council...

L'express s'est même rendu à Grand-Baie pour vérifier s'il avait enlevé le panneau avec son nom et numéro de téléphone. Mais on constate que plusieurs panneaux (voir photos) sont toujours présents. «À l'époque, il avait promis de ne pas récidiver mais il était de mauvaise foi. Comment peut-il présenter des excuses dans le but d'éviter des sanctions ?» confie une source proche du Bar Council.

Mars 2021 : Il menace de porter plainte contre le président du Bar Council, Yatin Varma et aurait proféré ces propos : «SVP. Se constitision qui donn moi droi exprim moi. Se pa ou ki pou dir moi pa exprim moi.» 18 juin 2021: Il fait une vidéo dans laquelle il accuse le Bar Council d'avoir communiqué des informations internes à un groupe de presse.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X