Tchad: Colère du monde judiciaire après le meurtre d'un procureur

Au Tchad, l'assassinat du procureur de la République de Oum-Hadjer dans le centre du pays, ce mercredi 24 juin 2021, par un justiciable, déclenche la colère des magistrats qui ne se sentent pas en sécurité. Maître Djonga Arafi est secrétaire général du Syndicat de la magistrature du Tchad, il dénonce le manque de protection des juges, et donc par conséquent, l'impossibilité d'exercer correctement leur pouvoir judiciaire.

Au Tchad, quand on fait un procès, on estime que ce n'est pas à la loi qu'on doit s'en prendre, mais on s'en prend au juge. Nous avons attiré l'attention du gouvernement sur ces phénomènes. Nous avons demandé de mettre dans toutes les juridictions du pays des agents de sécurité pour assurer la sécurité des tribunaux. Les tribunaux ne sont pas protégés.

Djonga Arafi, secrétaire général du syndicat de la magistrature du Tchad

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X