Ile Maurice: Affaire «bal kouler» - évoquant sa maladie, Raj Dayal débouté quand même

L'ancien ministre de l'Environnement avait réclamé un arrêt des procédures dans le cadre du procès intenté contre lui dans l'affaire «bal kouler». Raj Dayal avait évoqué un vice de procédures à cause du départ de deux double bench des magistrats, provoquant le redémarrage de son procès. Il était aussi venu avec une motion soutenant qu'il est souffrant et qu'il ne peut faire l'objet d'un procès à ce stade. Sauf que la magistrate Naddiyya Dauhoo et sa consœur Nalini Senevrayar-Cunden, siégeant en cour intermédiaire de la division financière, ont rejeté tous les points avancés par Raj Dayal, ce jeudi 24 juin.

Les magistrates estiment que l'accusation formelle de «bribery by public official» qui pèse contre lui doit être maintenue. Cela, après avoir écouté la version du Dr Sookur. Selon ce dernier, l'accusé avait subi une attaque en 2016. «Son état de santé avait dégénéré en décembre 2020. Il s'avère qu'il se trouvait à ce moment donné dans un état critique», a expliqué le spécialiste. Toutefois, il devait ajouter que l'état de santé de Raj Dayal peut être stabilisé, s'il fait l'objet d'un «constant monitoring» des médecins.

Pour rappel, l'ancien ministre de l'Environnement est accusé d'avoir sollicité un pot-de-vin de l'homme d'affaires Patrick Soobhany pour l'achat de 50 sacs de poudre coloree, en échange d'un permis pour son projet immobilier, en 2016. Essuyant un revers, Raj Dayal avait retenu les services de Me Ravi Rutnah et l'accusation était menée par Me Abdool Raheem Tajoodeen et Yusra Nathire-Beebeejaun.

Une date sera fixée d'ici deux semaines pour les prochaines séances, qui se poursuivront devant cette instance qui juge des affaires ayant trait au blanchiment d'argent et à la fraude fiscale.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X