Congo-Brazzaville: Football - La FIFA somme DCMP de payer les rémunérations d'Otis Ngoma

Après avoir mené moult démarches, l'entraîneur de football Otis Ngoma a trouvé gain de cause dans le différend qui l'oppose à son ancien club, le Daring Club Motema Pembe (DCMP), à l'issue du verdict rendu par la Fifa.

Le DCMP ne semble pas sortir de ses tourments relatifs à la gestion apparemment peu orthodoxe de son personnel. Après la question du transfert de certains joueurs étrangers impliquant l'arbitrage de la Fédération internationale de football association (Fifa), le club vert et blanc de Kinshasa se retrouve devant un autre litige assez rude du paiement de la rémunération et des indemnités de son ancien entraîneur Otis Ngoma Kondi.

L'affaire couve depuis août 2019, à la suite du limogeage abusif de ce technicien congolais, ancien sélectionneur intérimaire des Léopards A de la République démocratique du Congo. Après plusieurs tentatives de règlement à l'amiable de cette affaire, les sollicitations d'Otis Ngoma sont restées vaines. Il a adressé cinq courriers à l'administration du DCMP et ceux-ci sont restés sans réponses, même le courrier expédié par son avocat à partir de France où il a son domicile officiel. Aussi a-t-il été obligé de présenter son cas à la Fifa. En fait, Otis Ngoma avait signé un contrat avec le DCMP en qualité d'entraîneur en 2016. Après trois ans, le nouveau président de coordination du club, Vidye Tshimanga, lui a signifié qu'il n'allait plus travailler avec lui. Entre-temps, le club lui devait plusieurs mois d'arriérés de salaire.

La Fifa tranche

Et depuis, il a démarché pour recouvrer ses droits, jusqu'à être contraint d'en appeler à la Fifa, ne pouvant pas trouver gain de cause au niveau local. Et le comité du statut de joueur de l'instance mondial du football a, dans une correspondance datée du 31 mai 2021 adressée aux deux parties, tranché en sa faveur. La plainte d'Otis Ngoma a donc trouvé gain de cause, et DCMP est sommé de lui verser, endéans quarante-cinq jours à partir du moment où le créancier a transmis au débiteur ses coordonnées bancaires, la somme de 82.133 dollars américains de rémunération et des indemnités de l'ordre de 5 %.

En cas de non-paiement de ce montant après quarante-cinq jours, DCMP s'exposera aux sanctions disciplinaires de la Fifa, en référence à l'article 24 bis du statut et du transfert des joueurs, relatif à l'application des décisions d'ordre financier. Et aujourd'hui, DCMP aurait voulu marquer le pas, revenant sur un règlement à l'amiable, mais cela ne semble plus possible, d'autant plus que l'affaire a déjà été portée au niveau de la Fifa et le verdict prononcé.

C9O

Otis Ngoma avait fait montre de sa bonne foi et de patience lorsqu'il écrivait en septembre 2020 au patriarche et co-fondateur du club, Jonas Mukamba Kadiata Nzemba, et l'ensemble de l'administration du club. Dans cette correspondance, il avait présenté sa situation. Et il avait relevé un fait important : « Je suis le seul qui aura attendu quinze mois, sans aucun signe du club avant de réclamer mon dû auprès des instances... Les entraîneurs italiens (Andréa Agostineli et ses adjoints venus après lui) sont restés six mois au club et ont déjà fait la démarche ».

Otis Ngoma a, par ailleurs, souligné une triste réalité au sein du club : « DCMP uni est imbattable n'est qu'un slogan. Les salariés du club ont été victimes (et le sont encore) de la mésentente qui règne entre toutes les parties dirigeantes qui sont en train de gâcher l'avenir d'une structure sportive supportée par des millions de personnes ». Il avait même présenté sa situation aux supporters qu'il n'avait aucune rancœur, car DCMP reste sa famille sportive, mais que « le salaire est le fruit d'un travail, on ne peut employer quelqu'un sans le rémunérer, selon l'engagement mutuel que l'on a contracté ».

Aujourd'hui le verdict de la Fifa est tombé, il va enfin rentrer dans ses drois, deux ans après ; lui à qui la Fédération congolaise de football association (Fécofa) -dont le président Constant Omari venait de démissionner- doit également quelques mois de rémunération.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X