Congo-Brazzaville: Crédits-carbone - Des hectares de surface forestière de la Sangha mis en vente

Environ 126 304 ha de puits de carbone à Ngombé, dans le département de la Sangha, vont être commercialisés. L'accord relatif au projet a été signé, le 24 juin à Brazzaville, entre la ministre de l'Économie forestière, Rosalie Matondo, et le directeur général de la société forestière IFO, Patrick Geffroy.

La zone mise en valeur concerne les assiettes de coupe de l'Unité forestière d'aménagement(UFA) exploitée par la société Industrie forestière de Ouesso (IFO) durant la période 2015 à 2019. Cette superficie de 126 304 hectares inclut l'exploitation à impact réduit sur 116 024 ha et la mise en conservation de 10 280 ha en tant que zone de haute valeur.

Cette initiative de valorisation des réductions des émissions historiques générées dans l'UFA Ngombé, explique Georges Claver Boundzanga, le coordonnateur national de Redd+, vise à contribuer à l'atténuation des changements climatiques. Les activités prévenues à cet effet englobent la création des zones de conservation, l'amélioration de la gestion forestière durable par la mise en œuvre des pratiques d'exploitation à impacts réduits, la comptabilisation et la commercialisation des crédits-carbone.

L'État congolais et sa cocontractante IFO s'accordent à ouvrir un compte bancaire et à répartir les revenus de la vente de carbone, sur la base d'un plan de partage de bénéfices. « Lorsqu'on réduit l'impact d'exploitation forestière, cet effort de réduction des émissions est comptabilisé et payé comme crédit-carbone. Il faut noter que le carbone représente la moitié du poids d'un arbre. Le pays a donc l'avantage de vendre à la fois l'arbre et le carbone », a fait savoir Georges Claver Boundzanga.

Engagée dans le programme de réduction des émissions Sangha-Likouala, un outil de comptabilisation des émissions de 2020 à 2024, l'IFO entend se positionner comme un partenaire clé de l'État dans ce domaine. « Ce protocole consacre donc la politique forestière du Congo dans son engagement de longue date pour la réduction des émissions de carbone en lien avec la règlementation en vigueur et le programme Sangha et Likouala approuvé en avril dernier », a laissé croire le patron de l'IFO.

Cette nouvelle phase dans la valorisation des crédits-carbone séquestrés par l'UFA Ngombé contribuera à la diversification de l'économie nationale, s'est réjouie la ministre Rosalie Matondo. « Nous venons de donner le feu vert à nos experts et à la société forestière IFO pour dérouler le processus de valorisation des réductions des émissions couvrant cinq assiettes annuelles de coupe, comprises dans deux sites de production », a-t-elle assuré.

En rappel, la signature de cet accord UFA Ngombé intervient quelques mois après les signatures successives d'une convention avec la société Total Nature Based Solution, filiale du Groupe Total Energie, pour la création d'un puits de carbone dans le département des Plateaux et d'un contrat d'achat des réductions des émissions Sangha-Likouala avec la Banque mondiale.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X