Madagascar: Cacao de Madagascar - La pureté biologique pour reconquérir le marché

Le cacao de Madagascar est réputé par sa pureté biologique. Un atout déterminant dans la conquête de marché.

Le marché mondial du chocolat bio est un environnement complexe, réservé aux passionnés et aux initiés à une procédure très particulière de la culture de cacao. Ce marché constitue 0,5% du marché mondial du cacao, un segment très restreint mais qui nourrit le marché européen en chocolat d'une pureté exceptionnelle.

Le cacao biologique est produit par quelques pays de l'hémisphère où le climat et les conditions de culture varient d'un continent à un autre. Côte d'Ivoire, Madagascar, Tanzanie, Haïti, Pérou et Equateur. Pour la plupart de ces pays producteurs, la pureté du cacao oscille entre 60% et 70% et donne un chocolat exceptionnel au goût particulier pour le marché mondial. Très apprécié par les maîtres chocolatiers des pays du nord, le cacao de Madagascar est le seul à atteindre une pureté des fèves jusqu'à 90% dans le chocolat.

Ce niveau exceptionnel de pureté a fait la renommée du cacao et du chocolat malgaches sur le marché international et a poussé plusieurs producteurs locaux à améliorer de façon permanente la culture de cette denrée agricole. Ambanja, Ambilobe et Nosy-Be, et les régions environnantes ont été investis par ces producteurs, dont la célèbre Chocolaterie Robert, mais aussi d'autres chocolatiers malgaches pour développer ce marché.

Formations

Les producteurs étrangers comme Hévin pour le haut de gamme, Saveurs & Nature ou d'autres en Europe et aux États-Unis, se sont également implantés dans ces régions du nord-ouest de Madagascar, très connus pour leur cacaoyer. Des formations à l'endroit des producteurs locaux ont été effectuées par les marques nationales et internationales de chocolat, notamment après la chute du cours du cacao en 2017, à moins de 4 000 ariary ou un dollar le kilo sur le marché mondial. Ces formations, coordonnées avec le Conseil national du cacao (CNC), devraient produire leurs effets après deux saisons de redressement, à l'instar de la Côte d'Ivoire qui a beaucoup perdu sur le cacao, son produit phare à l'exportation, avec le café.

Processus de production, contrôle de la maturité du cacao, séchage avec du matériel comme le tunnel sec, conditionnement à l'exportation, ... Toutes les phases de production ont été revues afin de capter de nouveau le marché. Cela a porté ses fruits ces trois dernières années avec plusieurs trophées et labels gagnés par le chocolat malgache, notamment à travers la Chocolaterie Robert qui a créé en 2013 le label Chocolat Madagascar à Londres. Ce label est dédié aux nouveaux marchés comme la Chine et la Russie, très demandeurs en chocolat haut de gamme. Le marché chinois a rapporté 2,54 millions de dollars à Chocolat Madagascar en 2019 et va certainement croître à condition que la production locale puisse suivre la qualité et la quantité requises.

Comme la Chocolaterie Robert, les autres producteurs de cacao, locaux et étrangers, implantés à Madagascar ont également adhéré en masse au commerce équitable, afin que les planteurs malgaches puissent vivre et profiter de l'évolution du marché à l'international. Ainsi, à part les formations, les planteurs ont bénéficié d'aides sociales, de la scolarisation de leurs enfants aux suivis des emplois légaux afin qu'ils puissent se développer vers la production semi-industrielle et sortir de la logique artisanale qui a plombé le marché local depuis des années. Les labels de commerce équitable les plus répandus à Madagascar sont Raisetrade associé à l a Chocolaterie Robert, et aussi Ethiquable.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X