Gabon: Procès du putsch manqué de 2019 - La cour militaire garde sa compétence

Des soldats ont pris d'assaut le siège de la radio nationale à Libreville, la capitale du Gabon.

Le 7 janvier 2019, au Gabon, un commando dirigé par le lieutenant Kelly Ondo Obiang avait pris le contrôle de la radio nationale pour diffuser un message sur la prise du pouvoir par un groupe de jeunes officiers. L'intervention des forces loyalistes avait rapidement mis fin à la tentative de coup d'État. Deux ans après, Kelly Ondo et ses complices comparaissent devant la cour militaire spéciale.

Ce jeudi, le lieutenant Kelly Ondo Obiang et ses huit coaccusés, sont entrés dans une salle bondée, dans le box des accusés, pour la troisième fois après les audiences du 18 et du 21 juin dernier. Leurs avocats ont soulevé plusieurs exceptions d'inconstitutionnalité. Ils contestent particulièrement la compétence de la cour spéciale militaire.

Selon eux, le Code pénal indique que lorsqu'une procédure implique au moins un civil, cette cour n'est plus compétente. C'est le cas de Ballack Obame, militant de l'opposition qui se trouve parmi les accusés. « Mes clients sont prêts, même si aujourd'hui la cour s'est érigée en juge constitutionnel en lieu et place de la Cour constitutionnelle. Nous sommes déçus certes, mais nous sommes prêts pour démontrer que si mes clients se sont mis debout, c'était pour empêcher un coup d'État qui se préparait », explique maître Jean-Paul Moumbembe, avocat de la défense.

Me Homa Moussavou, avocat de l'État, a refusé de s'adresser à la presse. Finalement, la Cour a rejeté toutes les demandes des avocats de la défense. Elle s'est déclarée compétente. La prochaine audience est prévue lundi avec audition des témoins.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X