Afrique: La société gazière BP et ses partenaires prêts à détruire un écosystème unique et déstabiliser le climat

communiqué de presse

Dakar, 25 juin 2021 - Un nouveau projet gazier de la compagnie britannique de raffinage BP à la frontière du Sénégal et de la Mauritanie menace le climat et la biodiversité. Le projet est le début des plans de BP pour la région, qui pourraient conduire à des émissions utilisant jusqu'à 1% du budget mondial de carbone de 1,5C, révèle une récente enquête de Unearthed, le projet de journalisme distingué de Greenpeace en Angleterre et SourceMaterial, puis relayé par le journal Independent.

"Le recours aux combustibles fossiles plonge les communautés dans le désarroi et les prive d'investissements dans les énergies renouvelables, qui pourraient sauver des millions de personnes de la pauvreté. La pléthore d'excuses, le camouflage écologique et les compensations des gouvernements et des entreprises telles que BP ne parviendront pas à résoudre la crise climatique en Afrique", a déclaré Awa Traoré, chargée de campagne Océans de Greenpeace Afrique.

C'est au bord d'un écosystème unique, le plus grand récif d'eau froide connu au monde, fait d'espèces de requins, de tortues et de baleines, qui a mis environ 200 000 ans à se développer que BP installe son site d'exploitation de gaz à 2,7 km sous la surface, une profondeur jamais atteinte en Afrique. La construction est déjà en cours suite à l'accord entre BP et ses partenaires - Kosmos Energy, les compagnies pétrolières nationales Petrosen et SMHPM, et les gouvernements sénégalais et mauritanien.

Les communautés de pêcheurs côtiers s'inquiètent de l'impact de cette infrastructure sur leurs moyens de subsistance.

Elhadji Dousse Fall, président de l'association des pêcheurs artisanaux de Saint-Louis, a déclaré à Unearthed : "La zone d'exclusion de sécurité entourant le brise-lames entraînera une réduction significative de notre zone de pêche. Les pêcheurs artisanaux viennent pêcher tous les jours dans ces zones pour faire vivre leurs familles. Qu'allons-nous faire ?"

Greenpeace Afrique plaide pour un abandon des combustibles fossiles dans le cadre d'une transition juste vers les énergies renouvelables dans toute l'Afrique subsaharienne. En adoptant l'énergie renouvelable au lieu des combustibles fossiles, les pays africains ont la possibilité de s'affranchir de l'énergie polluante pour répondre à leurs besoins en matière de sécurité énergétique, sans compromettre la vie des pêcheurs qui dépendent de l'écosystème maritime pour leur survie.

"Toutes les parties prenantes devraient agir ensemble pour assurer un avenir durable à toute vie sur terre. C'est faisable si nous choisissons de le faire", a ajouté Awa Traoré.

Contacts :

Greenpeace Africa press desk: [email protected]

Mikaïla Issa, consultant en communication et médias, Greenpeace Afrique : +221782199410, [email protected]Awa Traoré, chargée de la campagne Océans, Greenpeace Afrique : +221770993001, [email protected]

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X