Angola: Le ministre d'État souligne l'importance du congrès sur le manioc

Malanje — Le ministre d'État à la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior, a souligné vendredi, à Malanje, l'importance du premier Congrès international du manioc, car il représente une étape importante dans la mise en œuvre des défis de l'Exécutif.

S'exprimant à l'ouverture de l'événement, il a indiqué que la structure économique actuelle de l'Angola est toujours très dépendante du secteur pétrolier, de sorte que l'attention sera accordée à la chaîne de valeur du manioc, offrant un impact accéléré sur la production nationale.

L'événement, a-t-il souligné, est également une opportunité commerciale pour la classe entrepreneuriale qui, indépendamment ou en coopération avec d'autres entrepreneurs dans le monde, devrait profiter et contribuer à l'augmentation de la richesse nationale, de l'emploi et des revenus de la population.

"Nous devons faire tout ce qui est à notre portée pour améliorer le bien-être et la qualité de vie de la population", a-t-il souligné, ajoutant qu'avec le manioc, il existe de nombreuses possibilités de diversifier l'économie.

La vision du Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) de promouvoir le manioc comme aliment du XXIe siècle a été l'un des thèmes phares de l'événement, qui comprend la participation d'hommes d'affaires, de représentants de coopératives agricoles, de membres du Gouvernement et experts de plusieurs pays dans le monde.

Le congrès de deux jours se déroule sous le thème « tirer parti de la diversification de l'économie, basée sur la chaîne de valeur du manioc ».

Promu par le ministère de l'Industrie et du Commerce et le gouvernorat de Malanje, le congrès vise à rechercher des voies pour l'industrialisation et la mondialisation du manioc national.

L'Angola produit actuellement environ onze millions de tonnes de manioc par an, les provinces d'Uíge et de Malanje étant les plus gros producteurs du pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X