Afrique: L'Assemblée nationale approuve la ratification de la zone de libre-échange continentale africaine, ouvrant la porte entre les Seychelles et 1,2 milliard de consommateurs

Les entreprises des Seychelles pourront accéder à un marché de 1,2 milliard de personnes après que l'Assemblée nationale a approuvé la ratification de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), a déclaré vendredi un haut responsable du gouvernement.

Cet accord vise à créer un marché continental unique pour les biens et services, avec la libre circulation des hommes d'affaires et des investissements, tout en ouvrant la voie à l'accélération de la mise en place de l'union douanière.

La secrétaire principale au Commerce, Cillia Mangroo, a déclaré aux journalistes qu'il serait dans le meilleur intérêt des Seychelles de ratifier et de rejoindre ce bloc commercial, car l'Afrique a une très grande population de classe moyenne avec un budget disponible.

"Cela profitera aux Seychelles en termes d'obtention de produits à un prix inférieur et de vente de nos produits dans la région à un tarif préférentiel", a-t-elle déclaré.

Après la signature de l'accord par les Seychelles en mars 2018, des réunions de consultation ont eu lieu avec les principaux acteurs commerciaux grâce à la création d'un comité national composé de diverses agences et organisations concernées par le commerce dans le pays.

Comme les négociations sont toujours en cours sur la manière dont les services seront commercialisés dans la région africaine, le Département du commerce va inviter les entreprises du secteur privé à contacter ses bureaux en personne ou par e-mail pour fournir des informations sur leurs domaines d'activité et leurs marchés d'intérêt.

« J'encouragerais davantage le secteur privé à être actif dans les consultations avec notre bureau en ce qui concerne les services car je pense que c'est là que se trouve notre point fort. En ce qui concerne les biens, nous n'avons pas assez de terres, nous n'avons pas suffisamment de ressources. Mais quand il s'agit de services, vous n'avez pas besoin de grand-chose, vous avez juste besoin de votre intelligence », a déclaré Mme. Mangroo.

Bien que les Seychelles aient signé l'AfCFTA il y a deux ans, Mme. Mangroo a expliqué que la nation insulaire n'a ratifié l'accord que cette année après que certaines conditions se soient améliorées et soient désormais favorables à ses intérêts.

L'un des principaux secteurs d'intérêt pour les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, est la pêche, qui est le deuxième contributeur économique après le tourisme.

Mme. Mangroo a déclaré que c'est l'un des domaines dont les Seychelles bénéficieront à la suite de leur adhésion au bloc commercial africain.

Elle a ajouté qu'il n'y aura jamais d'accord qui satisfera complètement les intérêts du pays, mais que "les Seychelles devraient profiter davantage de l'accord qu'elles n'en perdront".

Actuellement, 38 autres pays africains ont signé la ZLECAf, et une fois que le président Wavel Ramkalawan aura signé son assentiment, les Seychelles enverront les documents au bureau de dépôt afin de devenir le membre le plus récent.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X