Angola: Le pays dépense 428 millions de dollars par an pour l'achat de blé

Malanje (Angola) — L'Angola dépense environ 428 millions de dollars par an pour l'achat de blé, a déclaré vendredi, à Malanje, la représentante du Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Guertha Barreto.

Abordant la vision de la FAO de promouvoir le manioc en tant qu'aliment pour le 21e siècle, lors du premier Congrès international du manioc, elle a affirmé que le montant dépensé aurait pu être appliqué à la production locale et à l'industrialisation du produit, dont les dérivés, comme la farine, peuvent remplacer le blé.

Le blé est utilisé principalement pour la fabrication de pain et d'autres aliments de pâtisserie, qui peuvent également provenir de la transformation du manioc, si l'investissement est fait dans l'industrialisation du tubercule.

Elle a expliqué que la mise en œuvre de la loi sur les repas scolaires en Angola constitue une grande opportunité pour l'incorporation du manioc dans l'alimentation des élèves, ainsi que son industrialisation.

La responsable onusienne a indiqué qu'en plus d'être utilisé pour l'alimentation humaine, le manioc est également utilisé pour la fabrication d'aliments pour animaux et comme matière première pour une large gamme de produits à valeur ajoutée tels que la farine, ainsi que le bois pressé, le papier et les textiles, la production d'édulcorants, de fructose, d'alcool, de gel d'amidon de haute technologie et d'autres sous-produits.

« Le manioc est une culture vraiment polyvalente, qui aide les pays à relever les défis de la lutte contre la faim et l'éradication de la pauvreté, ainsi que la promotion de la diversification économique », a-t-elle souligné.

Gherda Barreto a reconnu le travail que l'Exécutif angolais développe pour créer des incitations au secteur agro-industriel, telles que la promotion des partenariats public-privé, les mesures d'aide économique résultant du Covid-19, la facilitation des mécanismes financiers pour les entreprises paysannes et familiales, entre autres.

L'événement de deux jours se déroule sous le slogan « tirer parti de la diversification de l'économie, basée sur la chaîne de valeur du manioc ».

Des sujets tels que la promotion et l'accélération d'un développement industriel durable et inclusif, la stratégie de l'Union africaine pour stimuler le développement de l'agriculture et les avancées scientifiques dans le développement des sciences agricoles en Angola sont débattus.

Des entrepreneurs, des représentants de coopératives agricoles, des membres du gouvernement et des experts de divers pays du monde dans les domaines de l'agriculture et du tourisme participent à l'événement.

Promu par le ministère de l'Industrie et du Commerce et le gouvernorat de Malanje, le congrès vise à rechercher les voies de l'industrialisation et de la mondialisation du manioc national.

L'Angola produit actuellement environ onze millions de tonnes de manioc par an, les provinces de Uíge et de Malanje étant les plus gros producteurs du pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X