Sénégal: Plenière sur le code pénal et le code de procédure pénale - Sonko et Amadou Mberry Sylla se cognent violemment

Une séance à l'Assemblée Nationale

Déployés en nombre tout autour des abords de l'Assemblée nationale pour garantir la sécurité de la plénière consacrée à la double modification du Code pénal et Code de procédure pénal, les éléments des forces de sécurité n'ont pas pu éviter une altercation entre le leader de Pastef, Ousmane Sonko, et son collègue député Amadou Mberry Sylla de la majorité parlementaire.

En effet, peu avant le début des travaux, les hommes se sont venus aux mains dans le hall de l'Assemblée nationale. D'après certains témoins, le député de la majorité s'en est sorti de cette altercation avec une bouche ensanglantée, des habits déchirés.

Revenant quelques heures après sur les circonstances de cette altercation, l'ancien candidat arrivé troisième lors de la dernière élection présidentielle de 2019 raconte : «Personne n'a le monopole de la violence. Je suis très calme mais je ne vais jamais rester les bras croisés face à quelqu'un qui m'attaque physiquement. Eux, ils recrutent des nervis et sont spécialisés en terrorisme. L'un d'eux qui m'a menacé partout a voulu passer à l'acte aujourd'hui. Dieu a fait que je l'ai tabassé et même déshabillé. Il n'a même pas pu assister à la séance», réagi le leader de Pastef en wolof à sa sortie de la salle de plénière à l'heure de la prière du vendredi. Quelques temps après, c'est au tour du député président du Conseil départemental de Louga de livrer à son tour sa version des faits.

Joint par nos confrères de Seneweb, Amadou Mberry Sylla révèle avoir tout simplement réagi à une provocation du député et leader de Pastef qui lui aurait donné en premier un coup d'épaule. «En entrant à l'hémicycle ce matin (hier, Ndlr), nous nous sommes croisés dans le hall de l'Assemblée nationale et Ousmane Sonko m'a donné un coup d'épaule. C'est ainsi que j'ai riposté en le giflant et lui lançant un coup de poing au visage. Je ne sais pas pourquoi il a posé cet acte, mais je n'ai pas tardé à riposter. Et je pense que c'était la meilleure réaction», a-t-il laissé entendre.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X