Sénégal: Assemblée nationale - L'opposition annonce la poursuite du combat devant le conseil constitutionnel

Une séance à l'Assemblée Nationale

L'opposition parlementaire ne se déclare pas vaincue. Nonobstant l'adoption du projet de Loi très controversée modifiant le Code pénal et le Code de procédure pénal, l'opposition entend poursuivre son combat contre ce texte qu'elle juge «scélérate». Et c'est devant le Conseil constitutionnel que cette prolongation va se jouer.

En effet, à sa sortir de la salle de plénière, le leader de Pastef, Ousmane Sonko a indiqué que l'opposition compte joint l'acte à la parole annoncée lors de sa conférence de presse du jeudi 24 juin dernier. « Nous allons attaquer la loi 2016 parce qu'elle est anticonstitutionnelle. On doit l'attaquer parce que les infractions primaires notées comme acte terroriste ne le méritent pas. Cette loi de 2016, la majorité des députés l'ignore», a-t-il laissé entendre non sans préciser que «l'exposé des motifs de cette nouvelle loi ne prend pas en compte cette loi de 2016».

«C'est la loi 2018 sur la lutte contre le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme qui sont inscrits. Ce qui prouve leur magouille. Avec cette loi, on peut considérer que tous les Sénégalais sont des terroristes», a-t-il fait remarquer.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X