Burkina Faso: Crise socio-politique sur fond d'appel à manifester du Cfop - Le soldat Roch à la peine

Dialogue politique au Burkina

Les meurtrières attaques qui ont coûté la vie à plus d'une centaine de civils à Solhan dans le Yagha et d'une dizaine de policiers à Bilbalogo dans le Sanmatenga, ont eu pour conséquence politique immédiate, le retrait de l'Opposition du dialogue politique initié par le président du Faso afin de trouver des solutions communes aux défis sécuritaires et politiques du Burkina Faso.

Au lieu donc de se rendre dans la salle polyvalente de la présidence du Faso, le 3 juillet prochain, pour le second round dudit dialogue, Eddie Komboïgo et ses camarades ont décidé d'organiser des marches silencieuses sur tout le territoire national afin de contraindre le gouvernement à s'occuper plus sérieusement de la sécurité des Burkinabè.

Depuis cette annonce, la toile s'est enflammée, pour ainsi dire, avec des appels à la mobilisation générale si ce n'est carrément à la sédition, pour faire entendre raison à un régime taxé d'impotent et donc incapable de trouver les hommes qu'il faut à la place qu'il faut pour casser les « couilles » des terroristes qui ont instauré, depuis 2015, un climat infernal de guerre civile dans le pays.

Le coup de cloche de l'Opposition a enfin réveillé le très apathique locataire de Kosyam

Le président Roch Marc Christian Kaboré qui semblait ne pas vouloir céder aux pressions d'une opposition politique qui surfe sur les mécontentements légitimes des populations pour fragiliser le régime, a manifestement pris la mesure de la grogne en s'adressant à la Nation la nuit dernière.

C'eût été une erreur d'analyse et un manque de lucidité politique de la part du chef de l'Etat s'il ne voyait, dans l'agitation de ses contradicteurs, que des velléités putschistes et s'il ne prenait pas véritablement et au plus vite des mesures allant dans le sens des aspirations d'une bonne partie des Burkinabè ulcérés par la gestion « laisse-guidon » du pays.

La théorie du complot qui mettrait en scène des opposants revanchards ou des citoyens naïfs, ne saurait être un argument convaincant pour calmer la colère de nos compatriotes qui ne savent plus à quel... diable (pouvoir ou terroristes) se vouer pour sauver leur peau, au moment où la violence a atteint un niveau jamais égalé dans notre pays.

Heureusement donc que le coup de cloche de l'Opposition a enfin réveillé le très apathique locataire de Kosyam qui a décidé de corriger les dysfonctionnements constatés dans la gestion de la crise actuelle, en appelant à l'union sacrée et en sacrifiant certains de ses hommes-liges qui ont fait ce qu'ils pouvaient avec les moyens du bord, dans cette lutte contre le terrorisme.

La surdité, pour ne pas dire le laxisme du commandant en chef qu'il est, au moment où nous sommes plus que jamais en guerre, confinait à de l'insouciance voire à de l'indifférence face aux multiples difficultés existentielles de nos compatriotes dans les zones occupées.

Les pancartes que brandissaient les milliers de manifestants à Kaya et à Titao, le 26 juin dernier, appelant au secours et exigeant la démission de certains ministres véhiculaient, en réalité, un message subliminal, adressé au chef de l'Etat him-self et lui disant qu'il pourrait lui-même être appelé à débarrasser le plancher si la situation continuait à aller de mal en pis.

Nous devons faire attention pour ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul

C'est peut-être ce message entre les lignes qu'a lu l'Opposition politique qui pense qu'elle peut profiter du malaise de plus en plus grandissant pour pousser le régime dans les cordes et le faire tomber suite à une insurrection populaire, ou à défaut, en faisant sortir l'armée de sa neutralité politique axiologique pour s'emparer du pouvoir.

Dans un cas comme dans l'autre, les conséquences risquent d'être désastreuses pour le pays parce tout chamboulement des institutions dans le contexte actuel, profitera inévitablement aux « méchants » qui se délecteront de notre « autoflagellation » et en profiteront pour nous porter l'estocade.

Après tout, le Mali voisin, qui détient le triste record mondial en matière d'instabilité gouvernementale, ne s'en porte pas mieux pour autant. Bien au contraire ! Les terroristes de tout acabit ont profité du flottement institutionnel à Bamako et de la désorganisation de la chaîne de commandement militaire qui s'en est suivie, pour descendre en rodéo vers le Centre et le Sud du pays, jetant des milliers de Maliens sur les chemins de l'exil intérieur et extérieur.

Comparaison n'est pas raison, certes, mais il y a tellement de similitudes entre nos deux pays sur les risques encourus, que nous devons faire attention pour ne pas, par mimétisme ou par naïveté, déshabiller Pierre pour habiller Paul, alors que nous savons tous que la solution à nos problèmes réside dans l'union sacrée et dans la réconciliation de tous les fils du pays.

Les terroristes, qui plastronnent actuellement au Nord, au Sahel, au Centre-Nord et à l'Est, savent que leur emprise sur ces zones ne durera pas si nous venons à vaincre les démons de la division dans le seul but de sauver le Burkina. L'expérience a montré qu'on est encore plus fort quand on agit ensemble, comme l'ont, du reste, confirmé pendant ce mois de juin, nos forces armées et celles du Niger qui ont conjointement cassé les côtes d'une centaine de terroristes de part et d'autre de la frontière des deux pays, à Téra et à Torodi côté Niger, à Dori, à Mansila et à Diapaga côté Burkina.

Cette opération dénommée Taanli (alliance ou cohésion en langue Gulmacema), qui a également permis de détruire des armes et des moyens roulants de l'ennemi, consolera un tant soit peu tous ces Burkinabè qui commençaient à désespérer de leur armée, surtout depuis qu'ils ont su que cette dernière est restée cantonnée dans son camp de Sebba alors que les mauvais garnements faisaient leurs basses besognes à un jet de pierre de là, dans le village désormais à jamais meurtri de Solhan.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X