Cote d'Ivoire: Lutte contre le changement climatique - Jean-Luc Assi appelle à l'implication du secteur privé

Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, a pris part au petit déjeuner de travail organisé le 25 juin, à l'intention des acteurs du privé.

Jean-Luc Assi, ministre de l'Environnement et du Développement durable, a invité les acteurs du secteur privé à s'engager dans la lutte contre les changements climatiques. Le représentant du gouvernement s'exprimait dans le cadre d'un petit-déjeuner de travail organisé le 25 juin au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à Cocody.

Il s'agit d'une initiative du programme national changements climatiques (Pncc) du ministère de l'Environnement et du développement durable en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement et la Sodexam.

La rencontre avait pour objectif de présenter les enjeux du projet de prévision et d'alertes précoces multirisques climat basées sur les impacts climatiques, financé par le Fonds pour les Changements Climatiques en Afrique (Fcca) de la Banque Africaine de Développement (Bad ) et le Pnud.

« Les acteurs de développement que vous êtes doivent se saisir de ce sujet pour renforcer la durabilité de vos actions et faire évoluer les systèmes de décisions et de planification mis en place jusqu'alors. L'engagement du secteur privé ivoirien dans la mise en œuvre de ce projet pour la Côte d'Ivoire est donc une source importante de mise en œuvre d'innovations et d'investissements mais également une partie prenante essentielle », a expliqué l'émissaire du gouvernement.

Pour le ministre, l'État ne peut pas à lui seul réaliser ce système de prévision et d'alerte précoce multirisque climat. Jean-Luc Assi a souligné que le gouvernement a besoin des entreprises privées pour la mise en œuvre de cet important projet.

« Les entreprises doivent jouer un rôle de meneur dans la quête d'une réponse ambitieuse au niveau de l'État pour affronter le changement climatique », a soutenu le ministre. Avant de saluer la présence des acteurs du secteur privé, à cette rencontre qui témoigne de leur engagement personnel, aux côtés du gouvernement à contribuer efficacement dans la lutte contre les changements climatiques et au bien-être des populations.

Auparavant, la représentante résidente du Pnud, Carol Flore-Smereczniak, a indiqué que le changement climatique constitue l'une des plus grandes menaces actuelles posée au développement. « Plus de 2/3 du littoral ivoirien est affecté par des phénomènes d'érosion côtière. Cette perte de terre au profit de la mer a déjà eu des conséquences dramatiques. Elle menace l'économie du pays, par son impact potentiel sur les infrastructures, les routes côtières, les plantations industrielles », a-t-elle argumenté.

Elle a ajouté que la lutte contre le changement climatique exige donc non seulement que les pays transforment leurs économies mais qu'ils adoptent un mode de croissance différent, que des mécanismes soient mis en place pour réduire les risques de catastrophes.

Carol Flore-Smereczniak, a félicité le gouvernement ivoirien qui s'est engagé à développer un système national d'alerte précoce multirisque basé sur le climat, mécanisme au cœur des mesures qui permettent de limiter les pertes et dommages dus aux aléas et aux catastrophes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X