Burkina Faso: Massacre de Solhan au Burkina Faso - Deux hommes ont été écroués, selon le procureur

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, exprime son indignation et sa condamnation de l'acte terroriste perpétré contre un bus dans la province du Sourou, au nord de Burkina Faso, où quatorze personnes auraient été tuées et dix-neuf autres blessées lorsque le bus transportant des étudiants a écrasé un engin explosif improvisé samedi matin 04 janvier.

Le 5 juin 2021, des hommes armés ont attaqué cette localité de la province du Yagha à l'est du pays, tuant au moins 130 personnes, selon les autorités. Ce lundi 28 juin, le procureur du Faso Emile Zerbo a publié un communiqué pour faire le point sur l'enquête.

Diligentée par la Brigade spéciale des investigations antiterroristes et de lutte contre la criminalité, l'enquête a permis, le 25 juin, la présentation au parquet de deux hommes : Tidjani Mano, appelé aussi Ali, et Dikouré Woba. D'après le communiqué, ces deux hommes, âgés de 28 ans, sont originaires de la localité d'Ouro-Diako dans le département de Boundoré, toujours dans le Yagha. Ils sont membres d'un groupe dénommé « Mouhadine », qui signifie « les gens solidaires ». D'après l'enquête, Tidjani Mano serait le chef de l'une des bases de ce mouvement, cachée en forêt de Boundori.

Le massacre de Solhan ne serait pas leur premier fait d'armes. Dans son communiqué, le procureur du Faso leur attribue plusieurs attaques à Sebba, Boundoré et Koholoko, sans en donner les dates. « Mouhadine » aurait même mené des incursions au Niger et au Bénin, mais là encore, le procureur ne fournit pas plus de détails. Il leur attribue néanmoins l'attaque de Boungou du 6 novembre 2019. Cette embuscade contre le convoi d'une compagnie minière avait fait près de 40 morts.

Groupe actif depuis 2019

Ce communiqué laisse néanmoins beaucoup de questions en suspens. On en sait très peu sur ce groupe terroriste dont personne n'avait entendu le nom avant. Il serait pourtant actif depuis 2019, et aurait des moyens importants. À Solhan, les enquêteurs ont découvert plus de 500 douilles de kalachnikovs de différents modèles.

Le gouvernement burkinabè doit rapidement montrer des résultats sécuritaires, alors que des manifestations sont prévues ce samedi 3 jiullet dans tout le pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X