Mali: Le Conseil de sécurité se réunit pour proroger le mandat de la Minusma

NEW YORK (Nations Unies) - Le Conseil de sécurité de l'ONU tient mercredi une réunion en présentiel pour voter un projet de résolution renouvelant pour un an la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), sur fond de rejet de la proposition de la France d'augmenter ses effectifs.

Le projet de texte, présenté par la France, en sa qualité de porte-plume des résolutions sur le Mali, prévoit une actualisation du mandat de la MINUSMA pour inclure le soutien à la transition politique du Mali pour le rétablissement d'un gouvernement élu à la suite des deux coups de force perpétrés en l'espace de 10 mois.

Il appelle toutes les parties prenantes maliennes à faciliter la reprise et la pleine réalisation de la transition et la passation du pouvoir aux autorités civiles élues, réaffirmant la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois et la date du 27 février 2022 fixée pour les élections présidentielles et élections législatives.

Rejet de la demande d'augmentation des effectifs de la Minusma formulée par la France

Par ailleurs, le projet introduit une demande pour que le SG de l'ONU, fournisse, au plus tard le 15 juillet, une proposition détaillée pour une augmentation potentielle du plafond des effectifs après que les membres du Conseil de sécurité ont refusé une proposition antérieure portant sur une augmentation significative des effectifs de la Minusma.

La délégation américaine à l'ONU a motivé son refus par le processus d'approbation du budget fédéral en cours au Congrès.

La première mouture du projet présentée par la France lors du briefing du mois en cours sur le Mali, demandait 2.069 militaires et policiers supplémentaires en guise de renfort aux 13.289 militaires et 1.920 policiers de la Minusma déjà déployés au Mali.

Le 10 juin courant, le président français, Emmanuel Macron avait annoncé la fin de la mission Barkhane au Mali actant l'échec d'une politique militaire ayant duré huit ans sur fond de montée du sentiment anti-français dans ce pays sahélien.

L'opération Barkhane a été largement contestée au Sahel après la multiplication des bavures de l'armée française au Mali, dont la plus sanglante avait fait en janvier 19 morts, parmi les civils à la lisière du village de Bounti, dans le centre du pays.

La Minusma est la mission la plus couteuse de l'ONU avec un budget annuel de plus de 1,2 milliard de dollars mais elle est aussi la plus meurtrière avec 135 morts et 358 blessés enregistrés dans ses rangs au 31 octobre 2020.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X