Angola: Le ministre nie la mort du bétail venu du Tchad

Luanda — Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, António Francisco de Assis, a déclaré ce mardi, à Luanda, que les informations relatives à une prétendue nouvelle vague de décès de bovins en provenance du Tchad, en 2020, étaient fausses.

"Je ne peux pas le confirmer. Ce ne sont pas des informations officielles du ministère de l'Agriculture et de la Pêche", a déclaré le gouvernant, interrogé par la presse sur la véracité de ces informations diffusées sur les réseaux sociaux.

Ces derniers jours, les médias et certains réseaux sociaux ont fait état d'une vague présumée de décès massifs, cette année, d'une partie des 1.500 têtes de bétail venues du Tchad, en raison d'une prétendue maladie étrange contractée dans le pays d'origine.

Le ministre, qui s'exprimait en marge de la réunion de la Commission économique du Conseil des ministres, présidée par le Chef de l'Etat, João Lourenço, n'a pas précisé davantage l'état du bétail, soumis à un accord bilatéral.

Aux termes de l'accord susmentionné entre l'Angola et le Tchad, en mars de l'année dernière, le pays a commencé à recevoir les 5 mille premières têtes de bétail, sur les 75 mille prévues, en paiement d'une dette envers l'Angola de 100 millions de dollars.

Les bœufs sont concentrés dans le plateau de Camabatela, dans la municipalité d'Ambaca, province de Cuanza Norte, dans le cadre d'un projet de l'Exécutif pour le repeuplement des animaux dans cette localité et leur distribution ultérieure dans tout le pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X