Gabon: Audition des témoins dans le procès du coup d'Etat manqué du 7 janvier 2019

Des soldats ont pris d'assaut le siège de la radio nationale à Libreville, la capitale du Gabon.

Le 7 janvier 2019 au petit matin, un commando dirigé par le lieutenant Kelly Ondo avait pris le contrôle de Radio Gabon et lu un message annonçant la prise du pouvoir par l'armée. L'assaut des forces spéciales avait rapidement mis un terme à cette aventure. Les présumés auteurs comparaissent depuis plusieurs jours devant une Cour militaire spéciale. La dernière audience, lundi, était marquée par l'audition des témoins. Compte rendu.

Premier à la barre, le commandant Serve Boulingui, chef hiérarchique du lieutenant Kelly Ondo, a expliqué s'être rendu en urgence à la caserne vers 6 heures du matin. Il a trouvé l'armurier ligoté. Le dépôt d'armes fermé. La clef introuvable et 3 talkie-walkie emportés. « J'ai compris que c'était grave », explique-t-il.

« Aviez-vous des soupçons sur le lieutenant Kelly Ondo », demande le président du tribunal. « C'est un garçon très calme. On pouvait lui donner la communion sans confesser », répond le commandant. « Etiez-vous en complicité avec lui ? », demande encore le président. « Non pas du tout, jamais, j'ai juré loyauté au chef de l'Etat », assure-t-il.

Puis la parole est à l'équipe d'antenne de Radio Gabon. « Ils nous ont amené à la rédaction et nous ont demandé de les conduire à la régie pour lire leur message », raconte l'un des journalistes. Et un confrère de poursuivre : « Le technicien a prétexté que les machines étaient en panne. Ils ont menacé et ont allumé la radio. Et ont lu leur message » « On a exécuté leurs ordres sous la menace des armes », justifient pour leur part les gendarmes qui gardaient la maison de la radio ce soir-là.

« C'était un mouvement pacifique, je ne voulais pas devenir président, soutient le lieutenant Kelly Ondo. J'avais lancé un appel patriotique pour déjouer le coup d'Etat que préparait Frédéric Bongo (frère d'Ali Bongo, ndlr) ». « Si c'était à refaire, je le referai pour sauver la nation », avoue-t-il.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X