Afrique: Le Soudan reçoit une aide massive du FMI

Sur cette bannière on peut lire "Arrêtez les tortures au Soudan".

C'était attendu avec beaucoup d'impatience par le Premier ministre soudanais, le FMI a commencé à effacer la gigantesque dette de Khartoum. Le Soudan est le pays le plus endetté d'Afrique. Le FMI va effacer 90% de la dette ces trois prochaines années, soit 50 milliards de dollars. Un coup d'éponge qui s'accompagne d'exigences, mais aussi d'un coup de pouce financier, Khartoum reçoit du même FMI près de 2,5 milliards de dollars au titre de la Facilité élargie de crédit.

Cela faisait deux ans que le Premier ministre Abdalla Hamdok travaillait pour arriver à ce résultat. Deux ans de négociations avec les créanciers et avec le FMI. Deux ans aussi de réformes douloureuses pour la population, comme l'arrêt de certaines subventions sur le pain ou l'essence qui a provoqué un fort mécontentement.

Khartoum traînait une dette de près de 60 milliards de dollars qui limitait bien entendu sa capacité à emprunter pour financer son économie. Désormais, et d'ici à trois ans, ce poids considérable aura disparu à 90%. À condition cependant que Khartoum respecte un certain nombre d'engagements, entre autres sur la bonne gouvernance et la bonne gestion des finances publiques.

« Il ne s'agit pas de retomber dans le surendettement », a prévenu la chef de mission du FMI au Soudan. Cependant, tout ne résume pas à assainir les finances publiques, surtout quand la population vit pour près de la moitié dans la grande pauvreté, et Khartoum a pu obtenir une enveloppe d'aide conséquente : 2,5 milliards dollars, qui serviront notamment à financer ses importations de produits de base et à redresser la monnaie.

Signe qu'au FMI, l'époque a changé en comparaison des années 1990 et leurs plans d'ajustement structurels, ses dirigeants insistent aujourd'hui sur la nécessité de renforcer la protection sociale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X