Centrafrique: Les humanitaires s'inquiètent d'un accès aux populations de plus en plus difficile

Lla situation sécuritaire s'est dégradée à nouveau ces derniers mois dans le pays. Pour les ONG qui travaillent sur le terrain, l'accès aux populations dans le besoin est souvent difficile. Ils sont devenus la cible récurrente d'attaques de la part de bandits ou de certains groupes armés. Samedi 26 juin, MSF a annoncé la mort d'une femme dans l'attaque d'un de ses convois, qui transportait des blessés dans le nord du pays.

Il y a des besoins absolument gigantesques. Dans un petit pays de cinq millions d'habitants, il y a 2,7 millions d'habitants qui sont en besoin. Il est vraiment important de porter d'avantage d'attention sur la situation dans ce pays en particulier. Y compris, aussi, à cause des violations du droit international humanitaire. Cela reste un des pays les plus dangereux pour les humanitaires et le travail humanitaire. La seule chose que l'on peut faire, c'est continuer à discuter, continuer à avoir les contacts avec les différents groupes tout en espérant et en comptant sur eux de passer le message à tous leurs membres et à toute la population pour que l'on puisse travailler. Mais cela reste un énorme défi.

Dominik Stillhart, directeur des opérations du Comité International de la Croix-Rouge (CICR)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X