Afrique du Sud: Après sa condamnation, les partisans de Jacob Zuma se mobilisent

President Jacob Zuma.

L'ancien président sud-africain a été condamné, mardi 29 juin 2021, à 15 mois de prison pour outrage à la justice. Depuis, sa fondation et ses supporters remettent en question le verdict de la Cour constitutionnelle. L'ex-chef de l'État, poursuivi dans d'autres affaires de corruption, a jusqu'à dimanche pour se rendre à la police.

Il ne reste plus que trois jours à Jacob Zuma pour se rendre à la police et ses soutiens ont commencé à contre attaquer à commencer par sa fondation. Dans un communiqué mercredi soir, elle juge la condamnation de l'ex-président non conforme à la Constitution. Car la Cour constitutionnelle a été directement saisie dans cette affaire, il n'y a pas eu de procès. Jacob Zuma n'a pas pu faire appel et a été privé de son droit de se défendre.

Sa fondation dit étudier le dossier. Elle estime que les juges de la plus haute cour du pays ont laissé parler leur sentiment et leur colère. Ce matin l'actuelle médiatrice de la République, Busisiwe Mkhwebane, qui a été nommée par Jacob Zuma, a également remis en cause le verdict de la Cour constitutionnelle.

L'ANC, un parti de plus en plus divisé

Autre soutien, les fils de l'ancien président ont fait plusieurs sorties médiatiques : interviews, messages sur les réseaux sociaux. Ils tentent de faire monter la colère de ses partisans. Selon la presse sud-africaine, certains de ses fidèles ont d'ailleurs prévu d se regrouper autour de sa résidence à Nkandla dans les collines du KwaZulu-Natal.

La riposte est en train de s'organiser alors que cette affaire risque de déchirer un peu plus l'ANC. Le parti au pouvoir est déjà miné par des guerres de factions et l'ancien président y compte encore de nombreux soutiens.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X