Ethiopie: Tigré - La Commission éthiopienne des droits humains s'inquiète de la situation des civils

En Éthiopie, la Commission des droits humains, indépendante mais rattachée aux autorités fédérales, exprime « sa profonde inquiétude » sur la situation des civils dans la région du Tigré et demande « des mesures urgentes pour assurer leur sûreté et leur sécurité », dans un rare communiqué publié samedi 3 juillet. Cette institution, qui mène actuellement des enquêtes conjointement avec l'ONU sur les crimes commis pendant la guerre, formule cette fois plusieurs fortes exigences envers le gouvernement en évoquant les violations récentes des droits de l'homme en Ethiopie, sur fond de guerre à connotation ethnique.

Le communiqué de la Commission éthiopienne des droits humains intervient à un moment critique de l'histoire du pays. Le Tigré a échappé en bonne partie au contrôle de l'armée fédérale après huit mois d'une guerre meurtrière. Et les prises de positions publiques de cette institution sont toujours rares et calculées.

Dans son communiqué de samedi, cette Commission se signale aux belligérants, bien qu'à mots couverts. « L'engagement en faveur du cessez-le-feu de toutes les parties au conflit, dit-elle notamment, (...) est l'une des étapes critiques nécessaires pour améliorer la situation ». Sous-entendant que, comme l'ONU, elle aussi appelle la rébellion tigréenne à se joindre à l'arrêt des combats décrété par le gouvernement, ce que la rébellion refuse pour l'instant de faire.

La Commission dirigée par Daniel Bekele, un ancien cadre de Human Rights Watch, rappelle aussi au gouvernement que « la sureté et la sécurité des civils doit être une priorité » pour lui. Elle s'inquiète des informations faisant état de « coupures des télécommunications et de l'eau dans le Tigré, dans des zones déjà durement touchée par l'absence de systèmes de soins et de services bancaires ».

La Commission évoque aussi des arrestations de journalistes et de civils tigréens dans la capitale Addis Abeba, soulignant que « de telles mesures aggravent les inquiétudes du public quant au risque de profilage ethnique ».

Cette crise risque d'embraser la région si elle n'est pas contenue

Filippo Grandi, le Haut Commissaire aux Réfugiés de l'ONU

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X