Afrique du Sud: Jacob Zuma obtient un sursis et repousse son incarcération

President Jacob Zuma.

Jacob Zuma ne dormira pas en prison ce dimanche 4 juillet. L'ancien président sud-africain, condamné à 15 mois de prison pour outrage à la justice, ne s'est pas constitué prisonnier comme l'exigeait la Cour constitutionnelle. Elle a accepté d'écouter sa demande d'annulation de peine, le 12 juillet prochain.

Ce dimanche après-midi, Zuma s'est adressé à plusieurs centaines de supporters réunis devant sa résidence Nkandla dans le KwaZulu-Natal depuis mardi pour les remercier de leurs soutiens, et ce dimanche soir il s'exprimait devant la presse. L'ancien président a dénoncé des lois qui ne s'appliqueraient qu'a lui.

« Il ne peut pas y avoir de loi Zuma » en Afrique du Sud, a lancé l'ancien président. Sa ligne de défense souligne le fait qu'il a été condamné sans procès. « Je suis effrayé de voir que l'Afrique du Sud retombe sous un régime d'apartheid », ose Jacob Zuma.

Il faut rappeler qu'il a refusé à plusieurs reprises de venir se défendre devant la Cour constitutionnelle. Ce sont ces refus, et d'autres avant eux qui ont motivé sa condamnation. « Je n'ai pas peur d'aller en prison pour mes idées », a réaffirmé Jacob Zuma rappelant ses 10 années de prison au pénitencier de Robben Island aux côtés de Nelson Mandela dans les années 1960.

Jacob Zuma a rendez-vous dès mardi devant une juridiction provinciale pour savoir si l'ordre de l'arrêter peut-être suspendu. Si cette juridiction ne lui donne pas satisfaction, il peut toujours être arrêté mardi ou mercredi. Le sera-t-il alors que la Cour constitutionnelle a accepté d'examiner son recours le 12 juillet ? C'est peu probable, mais comme l'écrit un journaliste politique. « Ce soir nous sommes, en territoire inconnu. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X