Cote d'Ivoire: Situation sécuritaire, orpaillage clandestin, crise sanitaire - Voici les décisions arrêtées par le CNS

Il ne se donne jamais de répit. A peine est-il rentré au pays le mercredi 29 juin dernier après un séjour en France qu'Alassane Ouattara s'est remis au service de son pays. Hier, au Palais de la présidence, le chef de l'Etat a présidé une réunion du Conseil national de sécurité (CNS).

La rencontre entre le chef de l'Etat, le Premier ministre et le grand commandement de l'armée a passé en revue la situation sécuritaire générale, l'évolution de la pandémie de Covid-19 en Côte d'Ivoire et le déroulement de la campagne de vaccination contre cette maladie. La lutte contre l'orpaillage illégal a été abordée.

Du point sécuritaire fait par ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, le CNS a noté une situation sécuritaire calme dans l'ensemble, tout en déplorant l'attaque de Tougbo, localité située dans le département de Bouna, par des individus non identifiés et qui a fait un mort dans les rangs des forces armées nationales de Côte d'Ivoire le 7 juin dernier ainsi que l'explosion d'un engin explosif improvisée (EEI) sur l'axe TéhiniTogolokaye, au passage d'une patrouille de reconnaissance des FACI le 12 juin, ayant fait quatre morts et six blessés.

Ces actes, le chef de l'Etat qui présidait la réunion, les a fermement condamnés et a encouragé les Forces de défense et de sécurité à redoubler de vigilance et à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme. Non sans présenter ses condoléances aux familles des victimes et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

Le d'état-major des armées a fait un point des actions visant à renforcer les capacités et l'efficacité de la Zone opérationnelle du nord, créée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme le long de la frontière avec le Burkina-Faso et le Mali. Pour réprimer efficacement l'orpaillage illégal, le CNS a autorisé la création d'un groupement spécial de répression contre ce phénomène, devenu un fléau.

Cette force sera composée de 560 membres dont 460 gendarmes et 100 agents des Eaux et Forêts qui seront spécialement équipés pour intervenir sur l'ensemble du territoire national. Le ministre de la Santé, de l'Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle est ensuite intervenu pour faire le point sur l'évolution de la pandémie à Covid-19 en Côte d'Ivoire.

De ce point, l'on note qu'au 30 juin 2021, la Côte d'Ivoire compte 47834 guéris, 313 décès et 158 cas actifs. Situé au-dessous de 3%, le taux de positivité demeure l'un des plus faibles en Afrique. De même, le taux moyen de nouveaux cas de Covid-19 est en baisse constante en Côte d'Ivoire.

La moyenne de cas journaliers est passée de 72 en avril à 40 en mai et 33 en juin. Le nombre de décès connait également une baisse avec 42 décès enregistrés en avril, 19 en mai et 8 en juin. De même, les 12, 26 et 28 juin, la Côte d'Ivoire a acquis respectivement 100.200, 100.000 et 100.000 doses de vaccin de plusieurs partenaires au développement. Fin juillet, la Côte d'Ivoire devrait recevoir 1 million de doses de vaccin.

A la date du 29 juin, 757.123 doses de vaccin ont été administrées et 76603 personnes ont reçu les deux doses de vaccin. Au vu de ces résultats, le Conseil national de sécurité s'est félicité du développement positif dans la lutte contre la Covid-19. Pour autant, les Ivoiriens ne devraient pas baisser les bras au regard de la saison des pluies et des périodes de vacances.

Le CNS a décidé de prolonger l'état d'urgence sanitaire au 30 septembre 2021. Tout en félicitant tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la Covid-19 pour les efforts fournis, le chef de l'Etat a exhorté ses compatriotes à se faire vacciner et à continuer de respecter les mesures barrières.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X