Congo-Kinshasa: La MONUSCO soutient la lutte contre le trafic des substances nocives en milieu carcéral

communiqué de presse

Afin de lutter contre la consommation et le trafic des substances illicites dans la prison centrale de Makala, à Kinshasa, l'équipe terrain de l'Unité d'appui à l'administration pénitentiaire de la MONUSCO a organisé deux séances de sensibilisation à l'endroit de cinq membres du personnel de cette maison carcerale, dont une femme.

Dix-huit pensionnaires mineurs, dont six filles, ont aussi participé à cette session de sensibilisation organisée en collaboration avec le corps des assistants sociaux congolais dans le cadre de la journée internationale contre l'abus et le trafic illicite de drogues célébrée le 26 juin 2021.

Les participants à cette formation ont appris à reconnaître toutes les substances nocives (cannabis ou chanvre indien, tabac, cigarette, cocaïne, opium, morphine, amphétamines, etc.) et les risques encourus lors de leurs trafic et consommation dans la prison, que ce soit sur le plan sanitaire, psychosocial, sécuritaire, judiciaire et administratif pour le personnel pénitentiaire.

La séance visait à briser la chaîne d'approvisionnement des substances nocives dans ce centre pénitentiaire, afin de contribuer à l'amélioration de la santé des détenus et limiter les violences dans la prison.

L'équipe de la MONUSCO a pris soin de rappeler à tous les participants les prescrits de la loi congolaise dans ce domaine, notamment la loi n°18/035 du 13 décembre 2018 fixant les principes fondamentaux relatifs à la santé publique qui interdit formellement la vente, l'achat, le transport et la consommation de ces substances nocives, en ses articles 111 ,113 et 118.

Elle a aussi rappelé au personnel pénitentiaire que le trafic illicite de ces substances est prohibé dans la prison et que tous les contrevenants s'exposent à des sanctions très lourdes sur le plan administratif pouvant les conduire à la révocation.

Il leur a également été précisé que faciliter la consommation de ces substances aux détenus contribue à fragiliser la sécurité de la prison dans le sens où celles-ci altèrent le jugement et les perceptions des consommateurs en les rendant quelques fois plus agressifs.

Enthousiastes à l'issue de cette sensibilisation, les participants se sont engagés à encourager leurs pairs à abandonner toutes ces pratiques, afin que toutes les chaînes d'approvisionnement en drogue et stupéfiants à la prison centrale de Makala soient brisées.

Notons que les séances se sont déroulées dans le strict respect des mesures barrières contre le Covid-19.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X