Egypte: Approbation prochaine de la loi sur le statut personnel des chrétiens et le droit de la famille

Le Caire — La nouvelle loi sur le statut personnel des chrétiens égyptiens, attendue depuis des décennies par l'Église copte orthodoxe et les autres Églises et communautés ecclésiales présentes en Égypte, pourrait être approuvée lors de la prochaine session du Parlement égyptien. L'indiscrétion sur l'approbation parlementaire imminente du projet de loi, qui comprend également des dispositions sur des questions sensibles liées au droit de la famille, a été diffusée par le député Monsef Suleiman, conseiller juridique de l'Église orthodoxe copte.

Récemment, Suleiman a annoncé l'achèvement de la révision du texte législatif en cours depuis un certain temps au ministère égyptien de la justice. Le processus de révision s'est déroulé au cours de pas moins de 16 séances de travail, accueillies au ministère, qui ont réuni des experts, des fonctionnaires des ministères et des représentants des différentes confessions chrétiennes, convoqués par les autorités civiles afin de peaufiner le texte et d'obtenir le consensus de toutes les Églises et communautés ecclésiales sur la formulation de tous les articles du projet de loi. Le conseiller juridique du Patriarcat copte orthodoxe a également déclaré au portail web égyptien Masrawy que le projet révisé du texte sera bientôt envoyé au Conseil des ministres, qui pourra à son tour le soumettre au contrôle du Conseil d'État, puis l'envoyer à la Chambre des représentants et le soumettre au vote du Parlement, qui sanctionnera son approbation finale et fixera la date de son entrée en vigueur.

L'implication des Églises chrétiennes présentes en Égypte dans le long processus de rédaction d'une nouvelle loi sur le statut personnel avait déjà commencé en 2014 (cf. Fides 22/11/2014), par le ministère de la Justice de transition de l'époque. À l'époque déjà, l'organe gouvernemental avait soumis un projet de loi aux chefs des différentes Églises, en leur demandant d'étudier le texte et d'envoyer leurs considérations sur la question dans un bref délai. Le temps nécessaire à l'élaboration du projet a été plus long, surtout en raison des négociations visant à garantir la formulation d'un texte qui, tout en étant unitaire, sauvegarde les différences existantes dans des matières telles que la séparation conjugale et le divorce, qui sont réglementées de manière différente par les diverses confessions chrétiennes. Le projet de texte législatif unitaire, élaboré de manière consensuelle par les représentants des différentes Églises et communautés ecclésiales, a été remis aux autorités gouvernementales le 15 octobre 2020. (voir Fides 16/10/2020)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X