Afrique du Sud: L'ex-président Zuma ne sera pas arrêté avant la semaine prochaine

Jacob Zuma

L'ancien président, condamné la semaine dernière à 15 mois de prison pour outrage à la justice, refuse de se rendre à la police. Il devait théoriquement se constituer prisonnier avant dimanche dernier, mais il a fait appel du verdict de la Cour constitutionnelle qui examinera sa demande lundi prochain.

Jacob Zuma a gagné du temps. Nouveau rebondissement ce mardi matin puisque le ministre de la Police, Bekhi Cele, a tranché. Ses officiers n'arrêteront pas l'ancien président tant que la Cour constitutionnelle réexaminera son verdict. Elle doit le faire lundi prochain.

Jacob Zuma a donc gagné une semaine de répit. Il avait demandé une annulation, ou au moins une diminution de sa peine, mettant en cause l'impartialité des juges, invoquant également son état de santé.

L'annonce du ministre de la Police suscite déjà de nombreuses réactions. Se pose la question de savoir s'il a le droit de prendre une telle décision et s'il est au-dessus de la Cour constitutionnelle.

Parallèlement l'ANC, le parti au pouvoir, s'est également prononcé ce matin. Il a réaffirmé son attachement à la Constitution a fait savoir une de ses porte-paroles. Tout en ajoutant que Jacob Zuma a le droit de saisir la justice s'il se sent lésé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X