Ile Maurice: Lancement de la session virtuelle du premier sommet des affaires de la région indo-pacifique

communiqué de presse

Le premier sommet des affaires de la région indo-pacifique a tenu une session inaugurale virtuelle cet après-midi, sur le thème "Développer une feuille de route pour une prospérité partagée". Ce sommet de trois jours est organisé par la Confédération de l'industrie indienne (CII) en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères de l'Inde. Il vise à identifier les opportunités actuelles et futures dans le domaine du commerce et de l'investissement au sein de la région indo-pacifique.

Le ministre du Transport routier et du Métro léger, ministre des Affaires étrangères, de l'Intégration régionale et du Commerce international, M. Alan Ganoo, qui a participé en tant qu'invité d'honneur depuis le siège de son ministère, à Port-Louis, a prononcé un discours spécial au cours de l'événement. Des représentants d'autres gouvernements, d'entreprises, de chambres de commerce, de groupes de réflexion et d'universités des pays de la région ont également participé.

Le but de ce sommet est de créer un forum de discussion sur la manière dont l'Inde et les pays de la région indo-pacifique peuvent renforcer leur partenariat économique et collaborer au développement économique futur.

Les discussions seront axées sur les questions suivantes : la connectivité physique et numérique, le développement de chaînes d'approvisionnement durables, les start-ups, les services de santé, le changement climatique, l'économie bleue, le commerce actuel et futur, et les opportunités d'investissement dans la région.

Lors de son discours, le ministre Ganoo a souligné que la région indo-pacifique s'appuie sur l'importance de la connexion maritime en tant que vecteur crucial du développement du commerce et des activités économiques. Le fait de considérer les océans Indien et Pacifique comme une seule zone homogène est la preuve d'une réalité qui fait ressortir la nécessité d'une intégration économique régionale accrue et de nouveaux cadres commerciaux, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la croissance économique, M. Ganoo a rappelé que les pays de la région indo-pacifique sont à la pointe des innovations technologiques, mais qu'il est néanmoins nécessaire de reconsidérer les accords existants en matière de production, de commerce et de logistique suite à certains développements récents tels que la pandémie de la COVID-19.

Le ministre des Affaires étrangères a affirmé que la région indo-pacifique a besoin de mécanismes permettant aux organismes professionnels de conclure des accords en matière de certification des qualifications, de licences et d'enregistrement dans les domaines d'intérêt mutuel. Cela, a-t-il indiqué, facilitera la circulation rapide de la main-d'œuvre qualifiée et des professionnels diplômés.

Le ministre a également déclaré que la République de Maurice est une plate-forme idéale pour entreprendre des activités dans la région indo-pacifique en raison de son accueil pour les entreprises, notamment en améliorant l'accès aux marchés et la mobilité des opérateurs économiques. La signature du CECPA (Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement) en février 2021 en est la preuve, a-t-il ajouté.

Le ministre a aussi fait ressortir que Maurice est membre de la Zone de libre-échange continentale africaine et d'autres groupements africains. L'Afrique, a indiqué M. Ganoo, en sus de représenter un marché de quelque 1,2 milliard de personnes, est une source cruciale de ressources, notamment de minéraux, d'une importance capitale pour les chaînes d'approvisionnement de la région indo-pacifique.

Le ministre a également rappelé que Maurice a conclu plusieurs accords de libre-échange et figure parmi les 20 premiers pays du monde pour la facilité de faire des affaires. En tant que centre financier et des affaires international, Maurice a développé une capacité de soutien aux investissements transfrontaliers dans la région indo-pacifique. Dans ce contexte, Maurice est la meilleure base pour faire des affaires en Afrique, a-t-il conclu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X