Afrique: Le conseil d'administration du FMI achève les consultations de 2021 au titre de l'article IV avec la Guinée

document

Washington : Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé les consultations au titre de l'article IV [1] avec la Guinée.

Malgré une forte croissance globale du PIB de 7,1% en 2020, portée par un secteur minier dynamique, l'économie non minière, qui emploie la grande majorité de la population, a été durement éprouvée par la pandémie de COVID-19. L'inflation a dépassé 10 % à la fin de 2020, puis s'est accélérée au-dessus de 12 %, en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires et des taux de fret liée aux perturbations de l'approvisionnement dues à la COVID-19, ainsi que des conséquences des mesures prises pour faire face à la pandémie. Le déficit des transactions courantes s'est creusé à 13,7 % du PIB en raison de l'envolée des importations de services de gestion, de fret et de télécommunications, qui a contrebalancé la forte croissance des exportations du secteur minier. Les réserves ont continué d'augmenter, en partie grâce à l'aide des donateurs pendant la pandémie, et ont atteint 1,3 milliard de dollars à la fin de 2020. Le déficit budgétaire a atteint près de 3 % du PIB, ce qui s'explique par la mise en œuvre du plan de riposte à la crise visant à accroître les dépenses de santé et à soutenir les ménages vulnérables et le secteur privé, mais aussi par le fait que la hausse de la production minière ne s'est pas traduite par une augmentation des recettes budgétaires. Par conséquent, la dette publique a augmenté à 43,4 % du PIB, ce qui est également dû au premier décaissement du prêt élevé qui a été contracté pour le projet de barrage de Souapiti. La politique monétaire a été accommodante, ce qui, conjugué à des mesures réglementaires souples, a contribué à maintenir l'offre de crédit à l'économie. La crise a détérioré des indicateurs sociaux déjà faibles. Outre un pic de cas de COVID-19 en avril 2021, la Guinée a dû faire face à une autre difficulté sur le plan sanitaire : une nouvelle flambée d'Ebola apparue en février 2021, mais heureusement localisée. Les autorités guinéennes et l'Organisation mondiale de la santé ont déclaré la fin de cette flambée le 19 juin. Les autorités ont commencé à vacciner la population contre la COVID-19 et l'Ebola en mars 2021.

La croissance réelle devrait rester forte en 2021, à 5,2 %, soutenue par une expansion robuste et continue du secteur minier, et consolidée par une reprise progressive de l'économie non minière. L'inflation devrait rester tout au long de l'année supérieure à l'objectif à un chiffre fixé par la BCRG. Les perspectives risquent d'être révisées à la baisse, principalement en raison de la possibilité d'une intensification de la pandémie de COVID-19. Les chocs sur les prix des produits de base constituent une autre source majeure de vulnérabilité. Les autres risques externes sont notamment une réduction de la disponibilité des financements provenant de donateurs et une montée des tensions géopolitiques. La Guinée est également de plus en plus vulnérable au changement climatique. Du côté positif, l'activité minière pourrait se développer plus rapidement que prévu. Une accélération de la mise en œuvre des activités d'investissement, en particulier pour le projet relatif au minerai de fer de Simandou, donnerait également une forte impulsion à la croissance.

Évaluation par le conseil d'administration [2]

Les administrateurs souscrivent à l'orientation générale de l'évaluation effectuée par les services du FMI. Ils félicitent les autorités pour la riposte rapide à la pandémie de COVID-19, qui a porté un coup dur à l'économie non minière et à la situation sociale. Les administrateurs saluent la résilience de la croissance guinéenne en 2020 et notent les perspectives favorables à court terme, sur lesquelles pèsent toutefois des risques. Ils soulignent que la mise en œuvre du plan de vaccination et le maintien d'une aide ciblée aux ménages et aux entreprises vulnérables restent des priorités essentielles. Ils insistent sur la nécessité de diversifier l'économie et de pérenniser une croissance plus inclusive et équilibrée.

Les administrateurs encouragent les autorités à continuer de chercher à créer un espace budgétaire pour financer les investissements dans les infrastructures, le capital humain et la protection sociale. Ils soulignent l'urgence d'accroître les recettes intérieures, en particulier dans le secteur minier. Plus précisément, ils recommandent de s'attaquer aux risques de transfert de bénéfices liés à une tarification inadéquate des transferts, d'appliquer pleinement le Code minier aux nouveaux contrats, de réduire au minimum les exonérations fiscales et d'adopter le Code général des impôts. Les administrateurs invitent les autorités à améliorer l'efficience de leurs dépenses et à supprimer les subventions à l'énergie. Ils les encouragent également à continuer de renforcer la gestion des finances publiques et de faire preuve de prudence en matière d'emprunt extérieur, en recourant le plus possible aux financements concessionnels et aux dons afin de préserver la viabilité de la dette.

Les administrateurs soulignent la nécessité de remédier à la montée de l'inflation, notamment en accélérant le remboursement des avances de la banque centrale. Ils encouragent les autorités à limiter le financement du budget par voie monétaire et à poursuivre la modernisation du cadre de politique monétaire, en mettant l'accent sur une gestion plus active des liquidités et une communication plus claire des objectifs monétaires. Ils soulignent également qu'un assouplissement du taux de change permettrait de constituer des réserves et d'atténuer les répercussions des chocs. Ils saluent la politique d'intervention sur le marché des changes fondée sur des règles transparentes, et sa contribution au rééquilibrage extérieur.

Les administrateurs encouragent les autorités à poursuivre leurs efforts de diversification, en donnant la priorité aux mesures visant à renforcer le climat des affaires et le secteur financier, à promouvoir le passage au numérique et à stimuler le développement du capital humain. Ils saluent les récentes améliorations en matière de gouvernance et invitent les autorités à continuer de renforcer le dispositif de lutte contre la corruption, notamment en adoptant et en mettant rapidement en œuvre la stratégie nationale correspondante et le régime de déclaration de patrimoine.

Les prochaines consultations au titre de l'article IV avec la Guinée devraient avoir lieu selon le cycle habituel de 12 mois.

Tableau 1. Guinée : principaux indicateurs économiques, 2019-22

2019

2020

2021

2022

Eff.

Proj.

Proj.

Proj.

Variation annuelle en pourcentage, sauf indication contraire

Comptes nationaux et prix

PIB à prix constants

5.6

7.1

5.2

6.1

Secteur minier

9.4

34.6

7.7

7.1

Secteur non minier

4.9

1.3

4.5

5.8

Déflateur du PIB

9.9

10.7

11.3

9.7

PIB aux prix du marché

16.2

18.6

17.0

16.4

Prix à la consommation (moyenne)

Moyenne

9.5

10.6

11.6

9.9

Fin de période

9.1

10.6

11.3

9.9

Secteur extérieur

Exportations, f.à.b. (exprimées en dollars)

-0.8

126.4

0.6

-9.8

Importations, f.à.b. (exprimées en dollars)

-21.1

76.0

-4.7

-16.4

Taux de change effectif moyen ( - = dépréciation)

Indice nominal

2.4

-2.4

...

...

Indice réel

9.3

5.9

...

...

Monnaie et crédit

Avoirs extérieurs nets1

10.5

8.6

7.9

10.8

Avoirs intérieurs nets1

12.4

15.3

5.1

7.0

Créances nettes sur l'État1

4.0

18.3

0.6

3.2

Créances nettes sur l'État1, hors recapitalisation

4.0

17.4

-1.1

2.4

Crédit au secteur non public1

8.9

3.2

4.5

4.7

Monnaie centrale

16.6

19.2

12.2

13.4

Monnaie au sens large (M2)

22.9

23.0

13.7

17.8

En pourcentage du PIB, sauf indication contraire

Finances de l'administration centrale

Total des recettes et dons

14.4

12.8

14.9

14.7

Recettes

13.9

11.8

13.2

14.1

Dont : Recettes non minières

12.0

10.2

11.5

12.2

Dons

0.5

1.0

1.7

0.5

Total des dépenses et prêts nets

14.9

15.7

17.1

17.6

Dépenses courantes

11.1

12.4

11.8

11.3

dont : Paiements d'intérêts

0.5

0.7

0.9

0.9

Dépenses en capital et prêts nets

3.7

3.2

5.2

6.1

Solde budgétaire global

Dons compris

-0.5

-2.9

-2.2

-2.9

Dons non compris

-1.0

-3.9

-3.9

-3.4

Solde budgétaire de base

0.6

-1.4

-0.1

0.6

Solde courant

Transferts officiels compris

-10.8

-13.7

-9.3

-11.6

Hors transferts officiels

-11.0

-14.3

-10.0

-11.6

Balance globale des paiements

1.9

-0.9

0.6

1.1

Pour mémoire :

Exportations de biens et de services (en millions de dollars)

4,130.8

8,996.0

9,012.6

8,134.6

Importations de biens et de services (en millions de dollars)

5,026.9

9,938.4

8,888.8

7,679.6

Balance globale des paiements (en millions de dollars)

257.8

-131.0

100.7

204.8

Avoirs extérieurs nets de la banque centrale (en millions de dollars)

843.3

948.5

1,273.9

1,645.1

Réserves disponibles brutes (en mois d'importations)2

2.1

2.2

2.4

2.5

Dette publique extérieure, FMI compris (en % du PIB)

19.9

25.8

28.6

30.9

Dette publique totale, FMI compris (en % du PIB)

38.0

43.4

43.3

42.9

PIB nominal (en milliards de GNF)

124,109

147,188

172,280

200,493

Sources : autorités guinéennes ; estimations et projections des services du FMI.

1 En pourcentage du stock de monnaie au sens large en début de période.

² En mois d'importations des années suivantes, hors importations liées à l'or artisanal. Les précédents rapports des services du FMI présente un ratio de couverture calculé à partir des importations nettes des biens d'équipement.

[1] Conformément aux dispositions de l'article IV de ses Statuts, le FMI procède, habituellement chaque année, à des consultations bilatérales avec ses pays membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des données économiques et financières, et s'entretient avec les responsables nationaux de l'évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission rédigent un rapport qui sert de cadre aux délibérations du conseil d'administration.

[2] À l'issue des délibérations, la directrice générale, en qualité de présidente du conseil d'administration, résume les vues des administrateurs, et ce résumé est communiqué aux autorités du pays. On trouvera une explication des termes convenus utilisés communément dans les résumés des délibérations du conseil d'administration à l'adresse suivante : https://www.imf.org/external/french/np/sec/misc/qualifiersf.htm.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X