Afrique: L'ingérence de l'industrie du plastique dans la gouvernance africaine doit cesser maintenant !

communiqué de presse

Le dernier scandale concernant la fuite de documents révélant l'intention du gouvernement sud-africain de s'opposer à un projet de traité mondial d'interdiction du plastique n'est que l'exemple le plus récent de la manière dont l'industrie plastique et pétrochimique contraint les gouvernements africains à faire avancer leur programme lucratif.

Dans toute l'Afrique, la pollution par les plastiques reste un problème grave, dévastant la santé des communautés, leur environnement et l'écosystème dont des millions de personnes dépendent pour leur subsistance. Ses effets sont néfastes, bloquant les cours d'eau et provoquant des inondations parmi d'autres énormes désagréments environnementaux. Selon les Nations unies, ce sont les personnes les plus vulnérables de la société qui sont les plus touchées par ce problème, et les récents développements dans l'actualité montrent qui en profite.

L'année dernière, Greenpeace a également découvert une proposition adressée au représentant des États-Unis pour le commerce par l'American Chemistry Council, invitant le gouvernement américain à tirer parti des négociations de l'accord de libre-échange (ALE) avec le Kenya pour inonder l'Afrique de plastique.

Dans une série de lettres adressées au représentant commercial, le Conseil, qui représente des entreprises telles que l'industrie pétrochimique, a fait pression pour que le gouvernement kenyan abandonne sa législation anti plastique afin que ses membres puissent exporter du plastique et des engrais chimiques dans le pays. Ils ont en outre indiqué qu'ils s'appuieraient sur les accords commerciaux existants sur le continent pour commercialiser ces exportations nocives chez les voisins immédiats du Kenya, ainsi que dans 27 autres pays africains.

La nouvelle des tentatives sournoises de l'American Chemistry Council d'influencer les politiques nationales de la plaque tournante d'Afrique de l'Est a suscité un tollé international - et les législateurs des États-Unis et du Kenya se sont empressés d'éteindre les flammes. Cet ALE pourrait potentiellement déboucher sur le premier accord commercial bilatéral entre les États-Unis et un pays d'Afrique subsaharienne, mais le processus actuel comporte des lacunes et des conditions qui permettent aux géants de l'industrie de biaiser l'accord en leur faveur.

Le Kenya dispose actuellement de certaines des restrictions les plus strictes au monde en matière de plastique, dont la violation peut entraîner une peine d'emprisonnement ou de lourdes amendes. Si les lois existantes ont eu un impact considérable sur l'amélioration de l'environnement, des progrès restent à faire, car les articles en plastique à usage unique, tels que les bouteilles, empoisonnent encore les cours d'eau du pays.

Des entreprises telles que Coca-Cola tirent parti de l'incapacité des gouvernements africains à fournir de l'eau potable en proposant des bouteilles d'eau jetables. Depuis de nombreuses années, elles se placent au premier rang des pollueurs en matière d'audits de marque sur le continent, où se trouvent trois des onze premiers pays contribuant au plastique des océans.

Le géant des boissons pilote déjà des programmes de recyclage controversés en Afrique du Sud et au Kenya. Il s'est orienté vers des emballages recyclables à hauteur de 3 % supplémentaires, ce qui signale un risque réel d'élimination progressive des modèles existants de bouteilles en verre à réutilisation durable. Elle vient également d'annoncer la cotation de ses activités d'embouteillage de plastique à la bourse de Johannesburg, après que le gouvernement sud-africain a adopté des réglementations étendues aux producteurs, qui favorisent le recyclage.

Alors que l'on assiste à une prise de conscience et à une indignation accrues à l'égard des gouvernements occidentaux qui cherchent à exploiter le Sud par le biais d'une diplomatie déloyale et, même, d'un déversement manifeste de déchets et de produits en plastique, les exploits des industries locales de plastique et de pétrochimie en Afrique ne sont pas contrôlés - elles opèrent librement dans le cadre de l'accord de libre-échange continental africain qui permettrait au Conseil d'accéder à 28 pays.

Les compagnies pétrolières et gazières comme l'un des plus gros pollueurs d'Afrique, Sasol, étendent rapidement leurs activités d'exploration le long des côtes orientales et occidentales du continent - certaines d'entre elles prévoient de forer dans des zones protégées et des sites classés au patrimoine mondial, comme le delta de l'Okavango. Selon son site web, Sasol pousse déjà les ventes de ses polymères dans toute l'Afrique subsaharienne, et les commercialise dans un total de 75 pays dans le monde.

Il n'est donc pas surprenant que le gouvernement sud-africain continue d'ignorer les appels à l'interdiction du plastique à usage unique, d'autant plus que l'actuel président Cyril Ramaphosa se concentre sur la réindustrialisation et les investissements de capitaux en Afrique du Sud pour encourager la croissance économique et la création d'emplois. Ceci, malgré le fait que 35 autres pays africains ont déjà pris des mesures pour éliminer progressivement le plastique, en raison de son impact nocif sur l'environnement.

L'influence du programme de réindustrialisation de l'administration Ramaphosa est évidente si l'on considère les documents confidentiels du département de l'environnement de l'Afrique du Sud qui ont fait l'objet de fuites et qui font état d'une proposition interne de rejet du traité mondial sur le plastique. Et ce, bien que l'Afrique du Sud soit le troisième plus grand pollueur en Afrique et le onzième dans le monde.

Le gouvernement sud-africain poursuit son programme et ignore comme par hasard les appels lancés en faveur de l'élimination progressive du plastique à usage unique. Il reste ferme dans ses plans d'accélération du recyclage, avec des investissements considérables dans de nouvelles usines de recyclage et des processus d'approbation pour les importations de déchets plastiques ; il promet une économie circulaire pour les plastiques, sous couvert de créer plus d'emplois alors que la crise du chômage en Afrique du Sud s'aggrave.

Cependant, ces programmes de recyclage dirigés par l'industrie du plastique sont une fausse solution à la fois à la crise croissante du plastique et à celle du chômage. Si l'Afrique du Sud poursuit ses plans visant à donner la priorité à l'agenda de l'industrie du plastique, elle incitera des entreprises comme Coca-Cola à abandonner les modèles de distribution durables existants pour des modèles supposés plus rentables basés sur le plastique.

Ce faisant, ils enlèveront de la nourriture de la bouche des ramasseurs de déchets au chômage qu'ils prétendent autonomiser - puisque le rôle des ramasseurs de déchets dans l'économie du recyclage sera repris par des entreprises qui investissent déjà massivement dans les infrastructures de recyclage - ce qui est tout à fait contraire à ce qu'ils sont censés espérer.

La demande de plastique est en baisse sur le continent et dans le monde entier, et nos gouvernements ne devraient pas servir de bouc émissaire à la pétrochimie, une industrie moribonde qui ne vaut pas la peine d'être investie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X