Seychelles: Le FMI accepte d'aider les Seychelles avec un plan de réforme économique de 107 millions de dollars

Christine Lagarde - Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI)

Le Fonds monétaire international (FMI) a conclu un accord de 107 millions de dollars dans le cadre de la facilité de fonds élargie pour aider à soutenir le programme de réforme économique des Seychelles.

L'annonce a été faite mercredi lors d'une conférence de presse au cours de laquelle des hauts responsables du gouvernement ont donné des détails sur les réformes économiques que les Seychelles mettront en œuvre et qui sont soumises à l'approbation par la direction du FMI.

Le ministre des Finances, Naadir Hassan, a déclaré que la situation économique des Seychelles est dans un mauvais état et qu'une réforme est nécessaire pour assurer l'avenir à long terme du pays.

"La discussion entre le gouvernement des Seychelles et le FMI a été longue et compliquée, compte tenu de la situation financière du pays et des répercussions de la pandémie de COVID-19 et de l'économie mondiale", a-t-il déclaré.

« Le gouvernement doit mieux gérer ses dépenses, ce qui signifie que des réformes sont nécessaires pour s'assurer que le gouvernement devienne plus discipliné avec ses finances, ce qui signifie qu'il faudra faire plus avec moins », a ajouté le ministre.

Certaines des mesures à prendre dans le cadre de la réforme économique comprennent l'amélioration de la viabilité de la dette des Seychelles, l'environnement des affaires et la réforme de l'administration publique.

Le secrétaire d'État aux Finances, Patrick Payet, a déclaré lors d'une présentation qu'il n'y aura pas besoin de licenciement au sein du secteur public, mais qu'il n'y aura pas de nouveaux recrutements.

Il a déclaré qu'il est également nécessaire de mettre en place des programmes de remise à niveau pour garantir que le secteur public fonctionne avec une efficacité maximale.

De son côté, la chef de mission du FMI aux Seychelles, Boriana Yontcheva, a souligné l'impact positif que la réouverture des Seychelles au tourisme a eu sur les perspectives économiques de la nation insulaire.

"Alors que les Seychelles menaient le monde dans leurs efforts de vaccination et rouvraient leurs frontières le 25 mars, les touristes sont revenus et l'activité économique a commencé à reprendre", a-t-elle déclaré.

Mme. Yontcheva a ajouté que "le PIB devrait augmenter de 7,7% en 2021. Le déficit du compte courant devrait se réduire à 22% du PIB en 2021 avec la reprise des recettes touristiques".

Ces commentaires reflètent également les dernières notes de Fitch, publiées en mai 2021, dans lesquelles les Seychelles ont reçu la note « B » avec une perspective stable.

Plusieurs réformes à la Banque centrale des Seychelles (CBS) feront partie du programme. Cela comprend la modernisation du système financier et l'amélioration du cadre réglementaire et de surveillance, le renforcement de la base juridique du Comité de stabilité financière et l'amélioration de l'adoption de services financiers innovants, conformément au programme d'économie numérique du gouvernement.

« Les travaux que la Banque centrale doit faire étaient déjà en place, mais nous devons maintenant les mettre en œuvre plus tôt », a déclaré Caroline Abel, la gouverneure.

"Maintenant, nous devons nous assurer que notre cadre de politique monétaire est efficace et que le marché des changes fonctionne bien et si le CBS doit intervenir, nous devons disposer des outils nécessaires pour le faire sans affecter le prix", a-t-elle ajouté.

La dernière fois que les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, se sont lancés dans une réforme économique, c'était en 2008. Le programme de réforme macroéconomique avec l'aide du FMI visait principalement à remédier aux graves difficultés de la balance des paiements et de la dette extérieure.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X