Maroc: L'Institut français de recherche (IRD) signe des accords illégaux avec le pays

Paris — L'Institut français de recherche pour le développement (IRD) a violé le droit international en signant des accords avec des institutions marocaines pour mener des recherches dans les territoires sahraouis occupés, a indiqué l'Observatoire universitaire international (Ouiso), organisme international s'intéressant à la situation au Sahara occidental.

"Il y a un an (juin 2020), notre Observatoire découvrait que des partenariats scientifiques étaient en cours entre des institutions marocaines et l'IRD, institution de recherche publique française dont les tutelles sont le ministère français des Affaires étrangères et européennes et le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, pour des recherches menées au Sahara occidental par les laboratoires PALOC et ISE-M" , indique l'observatoire dans un communiqué.

Sans réponse des services juridiques de l'IRD, l'observatoire a adressé, le 22 décembre 2020, une lettre à la PDG de l'institut, Valérie Verdier.

Selon l'Ouiso, "la mauvaise volonté" de l'IRD à faire la lumière sur ces conventions pose la question de l'éthique de la gouvernance d'une institution qui se prévaut pourtant sur son site web de "défend(re) un modèle original de partenariat scientifique équitable avec les pays du Sud et une science interdisciplinaire et citoyenne", relève l'observatoire.

Par ailleurs, l'Ouiso exige l'annulation immédiate des accords conclus avec les institutions marocaines, appelant l'IRD à adopter une éthique plus conforme aux normes du Droit international, en particulier le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, aux règles du Droit international humanitaire ainsi qu'aux dispositions de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et de son deuxième protocole de 1999, rappelant que l'IRD s'expose à des poursuites judiciaires.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X