Afrique: L'OMS recommande de recourir à des antagonistes de l'interleukine 6 pour sauver la vie de patients atteints de la Covid-19 et demande instamment aux fabricants de s'unir aux efforts visant à améliorer rapidement l'accès à ces produits

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis à jour ses lignes directrices relatives au traitement des patients afin d'y inclure les antagonistes de l'interleukine 6 (IL-6), une classe de produits qui permettent de sauver des patients atteints d'une forme grave ou critique de COVID-19, en particulier lorsque ces produits sont associés à des corticostéroïdes.

Telles sont les conclusions d'une méta-analyse prospective et d'une méta-analyse en réseau dynamique lancées par l'OMS. Il s'agit de la plus vaste analyse de ce type consacrée à ce jour à ces médicaments, car elle tient compte des données de plus de 10 000 patients participant à 27 essais cliniques.

Ces médicaments sont les premiers à avoir démontré une efficacité contre la COVID-19 depuis que les corticostéroïdes ont été recommandés par l'OMS en septembre 2020.

Les patients atteints d'une forme grave ou critique de COVID-19 sont souvent victimes d'un emballement de la réponse immunitaire, qui peut leur être très préjudiciable. Les antagonistes de l'interleukine 6 (le tocilizumab et le sarilumab) ont pour effet de supprimer cette réaction excessive.

Les méta-analyses prospectives et en réseau dynamique ont montré que, chez les patients atteints d'une forme grave ou critique de COVID-19, l'administration de ces médicaments réduit de 13 % le risque de décès par comparaison avec les traitements standard. Autrement dit, on comptera 15 décès de moins pour mille patients, et jusqu'à 28 décès de moins pour mille patients atteints d'une forme critique. La probabilité de devoir recourir à une ventilation mécanique pour les patients atteints d'une forme grave ou critique est réduite de 28 % par comparaison avec les traitements standard. Ainsi, sur mille patients ayant besoin d'une ventilation mécanique, on en comptera 23 de moins.

Les investigateurs d'essais cliniques de 28 pays ont communiqué des données à l'OMS, y compris des données de pré-publication. Des chercheurs du monde entier ont compilé et analysé ces données. Ces partenariats déterminants ont permis à l'OMS d'émettre une recommandation rapide et fiable pour l'utilisation des antagonistes de l'interleukine 6 chez les patients atteints d'une forme grave ou critique de COVID-19.

« Ces médicaments sont porteurs d'espoir pour les patients et leur famille, qui sont confrontés aux conséquences dramatiques des formes graves et critiques de COVID-19. Mais les antagonistes de l'IL-6 restent inaccessibles et inabordables pour la majeure partie de la population mondiale, a affirmé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. Du fait de la répartition inéquitable des vaccins, les habitants des pays à revenu faible ou intermédiaire sont les plus exposés aux formes graves de COVID-19. C'est donc dans les pays qui ont actuellement le moins accès à ces médicaments que les besoins sont les plus importants. Nous devons remédier de toute urgence à cette situation. »

Afin d'améliorer l'accès à ces produits qui sauvent des vies et de les rendre plus abordables, l'OMS appelle les fabricants à baisser les prix et à mettre des stocks à la disposition des pays à revenu faible ou intermédiaire, en particulier de ceux où le nombre de cas de COVID-19 explose.

L'OMS encourage également les entreprises à conclure des accords de licences volontaires transparents et non exclusifs par l'intermédiaire de la plateforme du C-TAP et du Medicines Patent Pool, ou à renoncer aux droits d'exclusivité.

En outre, l'OMS a lancé un appel à manifestation d'intérêt (en anglais) pour la préqualification des fabricants d'antagonistes de l'interleukine 6. La préqualification des produits innovants et biosimilaires vise à accroître la disponibilité des produits de qualité garantie et à améliorer l'accès par le jeu de la concurrence sur le marché et à réduire les prix pour satisfaire les besoins de santé publique urgents.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X