Ethiopie: Barrage éthiopien sur le Nil - Un "accord peut être atteint"

- Un accord sur le barrage éthiopien controversé GERD sur le Nil est possible entre l'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan, avec de la confiance réciproque, ont affirmé jeudi deux responsables de l'ONU.

"Un accord sur le GERD peut être atteint", a assuré Inger Andersen, directrice du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) pendant une réunion du Conseil de sécurité organisée à la demande de la Tunisie pour le compte du Caire et de Khartoum.

Inger Andersen a évoqué un futur "fondement d'une coopération" entre les trois pays, ajoutant que "pour parvenir à un accord optimal, la confiance, la transparence et un engagement seront essentiels".

Emissaire de l'ONU pour la Corne de l'Afrique, Parfait Onanga-Anyanga a de son côté appelé "toutes les parties à traiter la question de manière constructive et à éviter toute déclaration qui augmenterait les tensions dans une région déjà soumise à une série de défis".

"Chacun des pays partageant les eaux du Nil a à la fois des droits et des responsabilités, et l'utilisation et la gestion de cette ressource naturelle nécessite l'engagement continu de toutes les nations impliquées, de bonne foi en vue de parvenir à un terrain d'entente", a-t-il fait valoir.

Dans leurs interventions, les membres du Conseil de sécurité ont tous encouragé les trois pays à surmonter leurs divergences vers un accord sous l'égide de l'Union africaine.

Le Grand barrage de la Renaissance (GERD) de l'Ethiopie fait l'objet depuis plusieurs années d'un conflit avec l'Egypte et le Soudan qui craignent pour leurs ressources en eau. L'Ethiopie, qui entend procéder à un nouveau remplissage de son réservoir en juillet, assure que le barrage est vital pour répondre aux besoins en énergie de ses 110 millions d'habitants.

Vu que toutes les parties sont réunies à New York, pourquoi ne pas engager dès maintenant de nouveaux pourparlers entre elles, a proposé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, en faisant part de la disponibilité de son pays à aider à leur organisation. Son homologue américaine, Linda Thomas-Greenfield, a aussi plaidé pour une reprise rapide de négociations sur le fond sous l'égide de l'Union africaine et avec un possible concours de Washington.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X