Congo-Kinshasa: Formation - Musique RDC organise quatre sessions d'arrangement musical

Prévus de juillet à septembre 2021, les ateliers animés par l'ingénieur du son et pianiste Michel Ngongo se tiendront entre Kinshasa, Matadi, Moanda et Lubumbashi.

Projet porté par Musique RDC, les sessions de formation sur l'arrangement musical sont organisées en modules d'une semaine. Ils vont commencer dans la seconde moitié de ce mois de juillet. Michel Ngongo va lancer la première à Kinshasa, elle se tiendra du 19 au 26 juillet. Puis, le pianiste, également professeur à l'Institut national des arts (INA) va prendre la route pour la province du Kongo central voisine. Il va marquer un premier arrêt à Matadi, chef-lieu de la province et ville portuaire, du 2 au 9 août. Le second va le conduire à Moanda, fenêtre ouverte sur l'océan, du 16 au 23 août. Pour la quatrième et dernière session, Michel Ngongo devrait poser ses valises à Lubumbashi, seconde ville économique du pays après Kinshasa, du 30 août au 6 septembre.

Le Manager général de Musique RDC a dit avoir pris l'initiative d'organiser les sessions de formation sur l'arrangement « dans le souci de redynamiser les métiers du secteur musical ». Il le fait dans l'ambitieuse perspective, a-t-il soutenu, de « mettre à niveau les connaissances des jeunes musiciens ». Egalement manager culturel, le musicien estime qu'il est nécessaire d'apporter une expertise qui serve à « renforcer la qualité de la musique congolaise ». Dès lors, l'ingénieur du son pense pouvoir jouer sa partition avec la « mise en œuvre des ateliers sur la musique ». Savoir que « les créer était la première étape. Le cadre va servir à asseoir une dynamique où il sera proposé d'abord trois modules sur l'arrangement musical et d'autres sessions de formation s'en suivront », a-t-il indiqué.

Promouvoir les talents

Soulignons que Musique RDC est à la base une plateforme musicale qui s'est donné pour vocation de promouvoir l'art d'Orphée congolais. Via Musiquerdc.com, elle fait en sorte d'être « le miroir de toutes les productions congolaises de la RDC et d'ailleurs ». S'établir comme « un carrefour digital de vente et d'échange avec les artistes musiciens », a souligné Michel Ngongo. Et les sessions à venir sont initiées pour servir comme cadre, mieux « un espace de renforcement des capacités de la plateforme Musique RDC ».

Mordu de musique, Michel Ngongo s'investit depuis quelques années et de différentes manières à booster la pratique musicale au Congo. Son travail se confond à une sorte de militantisme estimant qu'il faille à tout prix mettre de l'énergie à faire émerger plusieurs secteurs du domaine. Du reste, l'ingénieur de son avait pris le parti de donner plus de tonus à la branche féminine de la musique congolaise en initiant le concours Art au féminin (ARF) qui lui a permis de coacher des artistes et leur mettre le pied à l'étrier. Ainsi, les lauréates des quatre éditions tenues de 2009 à 2012 ont bénéficié de la production d'une composition personnelle.

Notamment Mobali ya ngana pour Immaculée Kavira et Goût pour Laëtitia Lokwa, les deux premières. Un coup de pouce non négligeable au lancement de leurs carrières respectives. Et au sein du du Music club de Kinshasa qui avait en son temps servi de cadre à l'organisation d'ARF, il a prêté main forte à plusieurs jeunes talents. Par ailleurs, son talent, l'arrangeur du son les a également mis au service d'un certain nombre de grands noms et stars de la RDC. Il s'agit notamment de feux Madilu Stystem et Papa Wemba, Lokua Kanza JB Mpiana, Jean Goubald, Fally Ipupa. Son expertise a également été mise à contribution auprès de Benjamin Mulamba, Kool Matope, le groupe Exode et la liste n'est pas exhaustive. Personnellement, il a sorti deux albums de musique instrumentale, Réflexion et +243.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X