Congo-Kinshasa: Hommages unanimes après la mort du cardinal Monsengwo

Cardinal Laurent Mosengwo Pasinya.

Les hommages se multiplient en RDC après la mort de Laurent Monsengwo, cardinal et archevêque émérite de Kinshasa. C'était la figure la plus connue de l'Église catholique au Congo, président de la conférence épiscopale du Zaïre, déjà critique à l'époque du maréchal Mobutu. Malgré son opposition à tous les régimes depuis 30 ans, les hommages dimanche soir étaient unanimes.

Le président Tshisekedi « salue un prince de l'Église qui œuvra longtemps au service du peuple ». Son principal opposant Martin Fayulu qualifie le cardinal Monsengwo de « ciment de la cohésion nationale ». L'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba dit garder de lui « l'image d'un Père enjoué, altruiste et dévoué pour l'Église du Congo ». L'ancien gouverneur du Katanga, Moise Katumbi, celle d'un berger courageux attaché à cultiver l'amour entre tous les Congolais.

Le Président Tshisekedi rend un vibrant hommage à ce Prince de l'Eglise qui œuvra longtemps au service du peuple.

Le Cardinal Monsengwo fut l'un des acteurs majeurs de la démocratisation de notre pays.

Même dans le camp de l'ex président Joseph Kabila, son ancien conseiller diplomatique Barnabé Kikaya salue « un grand homme et un fin acteur politique ».

Le cardinal Laurent Monsengwo était un pilier de la démocratisation dans son pays. C'est ce que tous reconnaissent. Pour le rôle qu'il a joué au moment de la conférence nationale souveraine bien sûr, mais il restait une référence parmi les jeunes, comme ceux de la Lucha, le mouvement citoyen, qui se disent profondément attristés par le décès du Cardinal Monsengwo pour qui il était « un modèle d'engagement et de courage face au déni de démocratie et aux injustices qui perdurent ».

Pour Monseigneur Fridolin Ambongo qui lui a succédé à la tête de l'archidiocèse de Kinshasa, le cardinal Monsengwo « était cette autorité morale majeure vers qui beaucoup de gens allaient encore. Tout le monde se souvient encore de lui pendant la conférence nationale souveraine avec son calme, son tempérament très pondéré, tranquille même au milieu des tensions politiques qu'il y avait sous Mobutu. Il a toujours été un homme mesuré qui essayait de ramener les gens à l'essentiel et toute sa vie cela a été comme ça ».

Pour Isidore Ndaywel, l'historien congolais, spécialiste de l'église catholique, qui était à la tête de comité laïc de coordination à l'origine des marches des chrétiens de 2017 et 2018, « le peuple congolais vient de perdre en lui l'un de ses plus grands défenseurs ».

C'est une très triste nouvelle et nous restons tous Congolais dans cette grande émotion et présentons nos condoléances à tous ceux qui aiment ce pays.

Isidore Ndaywel, historien congolais et spécialiste de l'Eglise catholique

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X