Ile Maurice: Journée mondiale de la population 2021 - Priorité aux soins de santé maternelle et infantile

communiqué de presse

Un atelier de travail d'une journée axé sur le thème " Priorité aux soins de santé maternelle et infantile pour le personnel de santé du ministère de la Santé et du Bien-être, en particulier pour les sages-femmes " se tient, aujourd'hui, au Caudan Arts Centre à Port Louis, dans le cadre de la Journée mondiale de la population 2021. Le ministre de la Santé et du Bien-être, Dr Kailesh Jagutpal, et le représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Laurent Musango, y étaient présents lors du lancement de l'atelier.

Lors de son allocution, Dr Jagutpal a souligné que la pandémie de COVID-19 a mis en évidence les faiblesses des systèmes de soins de santé à travers le monde. Cette situation, a-t-il fait ressortir, a entraîné de graves lacunes et difficultés dans la fourniture d'informations et de services en matière de santé sexuelle et reproductive.

Il a rappelé qu'à Maurice, le gouvernement s'est engagé à répondre aux changements en matière de fertilité et de démographie en mettant l'accent sur la santé et les droits reproductifs de tous les enfants. Il a indiqué que plusieurs stratégies ont été mises en place pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive.

Tout en reconnaissant qu'à l'échelle mondiale, les gens vivent plus longtemps et en meilleure santé et que les couples choisissent d'avoir moins d'enfants, le ministre de la Santé et du Bien-être a souligné qu'à Maurice, la politique du gouvernement est désormais orientée vers un changement de paradigme, passant de la réalisation des objectifs démographiques à une vision à long terme pour le développement durable du pays.

Les chiffres révèlent que la proportion de la population mauricienne âgée de 60 ans et plus est passée de 9,1% de la population totale en milieu d'année en 2000 à 17,6% en 2019. Ces chiffres devraient augmenter à 28,2% en 2039 et 37,3% en 2059, tandis que la proportion de la population âgée de 0 à 14 ans a diminué de 25% de la population totale à mi-année en 2000 à 17,2% en 2019, a-t-il indiqué.

Dans ce contexte, Dr Jagutpal a souligné que le gouvernement déploie davantage d'efforts pour améliorer et fournir à la population des services de santé de classe mondiale afin d'atteindre le développement durable à Maurice. Les mesures prises comprennent la restructuration de l'assistance médicale et des conseils aux couples nouvellement mariés, ainsi que l'autonomisation des futures familles.

Pour sa part, le représentant de l'OMS, Dr Musango, a souligné que si la population africaine augmente, le remplacement de la population mauricienne est un problème majeur, tout comme en Chine et au Japon. Il a indiqué que le taux global de fécondité est bien en dessous du niveau de renouvellement ou de remplacement de 2,1 enfants par femme qui est le niveau nécessaire pour que la population puisse se renouveler et maintenir son effectif. En 2019, le taux global de fécondité était de 1,35 enfant par femme, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Dr Musango a rappelé qu'en 2019, le gouvernement avait fait une requête pour une assistance auprès de l'OMS et du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) pour l'élaboration d'une Politique nationale de la population (NPP) 2019-2030, un document fondé sur des données probantes faisant le lien entre la dynamique de la population, la qualité de vie, et la politique de la population en matière de développement durable.

Saluant la NPP, le représentant de l'OMS a souligné que plusieurs défis ont été identifiés dans cette politique. Il s'agit de permettre un meilleur bien-être familial, de promouvoir un mode de vie actif et sain, d'inculquer un meilleur mode de vie et de meilleures habitudes alimentaires aux citoyens, et de préserver la santé des personnes âgées.

Journée mondiale de la population 2021

Le thème global de la Journée mondiale de la population cette année est "Les droits et les choix sont la solution : en cas de baby-boom, influer sur les taux de fécondité ne peut se faire qu'en faisant des droits et de la santé reproductive de toutes une priorité". Ce thème a été choisi par l'UNFPA car la pandémie actuelle de COVID-19 a mis en évidence les faiblesses des systèmes de soins de santé dans le monde entier et a entraîné de graves lacunes et difficultés dans la fourniture d'informations et de services en matière de santé sexuelle et reproductive.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X