Cote d'Ivoire: Fin de non recevoir du Rhdp à Bédié et Gbagbo - Après Daoukro avec Ouattara toujours droit dans ses bottes

Le Président Alassane Ouattara reste droit dans ses bottes, selon le directeur exécutif du Rhdp qui ajoute qu'il n'y aura pas de dialogue national , car la Côte d'Ivoire n'est pas en crise.

Face à la presse ce lundi 12 juillet 2021, Adama Bictogo a opposé une fin de non recevoir à l'appel à un dialogue national inclusif lancé par le Président Bédié, à l'issue de sa rencontre de Daoukro avec le Président Laurent Gbagbo.

Laurent Gbagbo doit respecter la légalité républicaine

Adama Bictogo, porte-parole du parti au pouvoir, a profité pour réagir aux déclarations et agissements de l'ex Président Laurent Gbagbo, depuis son retour au pays le 17 juin 2021 dernier.

Selon Adama Bictogo, la réconciliation ce n'est pas que trois personnes se réunissent. Le directeur exécutif du Rhdp faisait ainsi allusion à ceux qui lient la réconciliation à une rencontre Ouattara-Bédié-Gbagbo. " Nous ne voulons pas être complices d'une escroquerie que l'on va présenter aux ivoiriens", a affirmé Adama Bictogo qui a rappelé à plusieurs reprises que force doit être à la loi, tout en insistant sur la volonté de son parti et du Président de la République, Alassane Ouattara de poursuivre la réconciliation nationale.

Gbagbo dépassé par les événements ?

Dans ses propos liminaires , le vice-président de l'Assemblée nationale a dit notamment que " Gbagbo est peut-être un peu dépassé par la situation qu'il a trouvée !", à son retour au pays.

Réagissant à ces propos de Laurent Gbagbo, Adama Bictogo a prévenu : " Mais nous ne sommes plus en 2010',évoquant une situation de désordre et d'anarchie ayant marqué selon lui les années de Gbagbo au pouvoir.

Contre Bédié et Gbagbo à la fois

Sur la posture de Bédié et de Gbagbo à Daoukro , le député d'Agboville a dit : " Nous avons du respect pour les anciens chefs d'état qu'ils ont été ! Nous leur demandons de respecter les institutions et le Président de la République".

Respect de la décision de la CPI, non au manque de repentance et de remords

Commentant l'acquittement de l'ex Président Laurent Gbagbo qui a demandé que cet acquittement soit respecté, alors qu'il lui était demandé ce qu'il avait à dire aux victimes , le Directeur exécutif du Rhdp a dit : " Il y'a eu des crimes en Côte d'Ivoire, il y'a eu des morts ! On ne peut pas être amnésique. On respecte le jugement de la CPI, on n'y reviendra pas . Que la CPI, l'ait acquitté, ou pas, il y'a un minimum de repentance à avoir. Il y'a eu des morts, il y'a des amputés nés des dérapages et de son refus ! Tout de suite, c'est la remise en cause de l'existence de la légalité ! On ne peut pas déshumaniser comme cela la politique ! C'est de la déshumanisation !!!".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X