Tunisie: Hausse constante du nombre de cas contaminés et pénurie de concentrateurs d'oxygène - Les prix s'envolent !

Le ministère tunisien de la Santé a signalé lundi 4.310 nouveaux cas positifs au Covid-19 et 106 décès supplémentaires dans le pays au cours des dernières 24 heures, portant ainsi à 501.923 cas confirmés et 16.494 décès liés au virus depuis l'apparition de la pandémie en mars 2020.
13 Juillet 2021

Trouver un concentrateur d'oxygène pour les familles de patients contaminés, qui nécessitent une oxygénothérapie, relève du parcours du combattant !

Les appels à l'aide pour trouver un concentrateur d'oxygène déferlent ces derniers temps sur les différentes pages des réseaux sociaux, dont la plus connue est Lost and Found Tunisia. Pas un jour ne passe, sans qu'on ne voit un post publié par un internaute en quête d'un concentrateur d'oxygène pour un membre de sa famille, un ami... Les stocks de bouteilles d'oxygène se sont rapidement épuisés dans les hôpitaux et les cliniques débordés par les flux incessants de patients qui n'arrivent plus à trouver de lits de réanimation libres. Face à des structures hospitalières exsangues et un personnel médical et paramédical dépassé et impuissant, les familles des patients atteints de formes sévères du covid et qui présentent une saturation basse en oxygène ont compris qu'il fallait compter eux-mêmes pour trouver un concentrateur d'oxygène. La demande pressante des familles a transformé, en quelques mois, la filière de location-vente des concentrateurs d'oxygène en un créneau juteux pour les fournisseurs privés. Il y a bien des initiatives louables de personnes qui sont disposées à aider financièrement des patients qui n'ont pas les moyens de se procurer un concentrateur d'oxygène mais celles-ci sont rares.

Pour se procurer un concentrateur d'oxygène d'une capacité de 5 ou 10 litres, il faut soit le louer ou l'acheter. Or, ces derniers jours en raison de la pénurie de concentrateurs d'oxygène et aussi parce que la plupart de ceux qui louent des appareils d'oxygène refusent, ensuite, de les rendre, les fournisseurs privés ont décidé de se spécialiser dans la vente exclusive d'appareils d'oxygène. Le tarif varie entre deux mille dinars la bouteille d'une capacité de cinq litres à cinq mille dinars , la bouteille de dix litres. Or, au grand dam des familles des malades, le prix de ces appareils aurait considérablement augmenté ces jours-ci.

Pour acquérir un concentrateur d'oxygène de cinq litres, il faudrait débourser environ mille dinars de plus par rapport au tarif initial. Idem pour les concentrateurs d'oxygène de dix litres dont le tarif avoisine sept mille dinars alors qu'ils étaient écoulés, il y a quelques mois, à cinq mille dinars. Quant aux taris de location, ils ont triplé, voire quadruplé chez les rares particuliers qui continuent à louer les concentrateurs d'oxygène. Proposés à la location pour la semaine à un tarif oscillant entre 50 et 75 dinars, les concentrateurs d'oxygène sont loués ces jours-ci à un coût variant entre 150 et 200 dinars.

Numéros de téléphone injoignables

Pis : des parents de patients se plaignent de trouver les numéros des particuliers qui défilent sur les réseaux sociaux, injoignables ou hors service. «Depuis trois jours, je suis à la recherche d'un concentrateur d'oxygène pour mon père. Ce dernier est prescrit sur ordonnance médicale par le médecin traitant. Les numéros de téléphone que je trouve sont soit injoignables, soit hors service. Je suis bien arrivé à joindre un fournisseur mais il m'a dit qu'il n'avait plus de concentrateurs d'oxygène. Le médecin de mon père a bien essayé de nous procurer un concentrateur auprès d'un patient qui aurait dû le rendre après s'être rétabli. Mais contre toute attente, ce dernier a décidé de le garder par précaution, refusant de le rendre à son propriétaire de peur d'en avoir besoin, si lui ou un membre de sa famille venait à tomber malade», fulmine Mariem, une jeune femme dont le père, contaminé par le coronavirus, est alité à la maison. Certains particuliers fourniraient, par ailleurs, des concentrateurs d'oxygène «à la tête du client», se désole la jeune femme pour qui la quête d'un concentrateur d'oxygène, depuis plusieurs jours, s'est transformé, pour elle et pour beaucoup d'autres familles affectées par la contamination d'un proche, en chemin de croix.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X