Mali: Reprise des affrontements à Niono, l'accord de cessez-le-feu en péril

Passers-by on a motorcycle wave to ‘dozos’ posted along the road between Man and Duékoué in western Côte d’Ivoire.

Au Mali, la situation à nouveau très tendue dans le cercle de Niono (région de Ségou, centre du Mali). C'est dans ce cercle qu'avait été conclu en mars dernier, il y a quatre mois, un accord entre les jihadistes de la Katiba Macina, membres du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, lié à Aqmi, et les chasseurs traditionnels dozos de la zone, qui tentaient de leur faire face.

Cet accord de cessez-le-feu avait permis, au prix de concessions faites aux jihadistes sur le port du voile ou les décisions de justice par exemple, de mettre un terme aux affrontements meurtriers qui ensanglantaient la zone depuis des mois. Il y a eu le cas devenu emblématique du village de Farabougou, qui avait été soumis à un blocus pendant plusieurs mois, jusqu'à la conclusion (pas de signature, accord oral) de cet accord. Mais des heurts récents mettent à présent cet accord en péril.

« Le 3 juillet dernier a marqué la fin de l'accord », déplore un élu local, qui signale une reprise des déplacements de populations, craignant le retour des violences contre les civils.

Depuis ce jour, en effet, selon plusieurs sources locales, entre trois et six chasseurs traditionnels dozos ont été tués et plusieurs blessés par les jihadistes de la Katiba Macina, dans des villages du cercle de Niono, et notamment dans la commune de Dogofry, qui rassemble plusieurs hameaux.

Négociations en cours

Mais cette situation fait suite à un regain de tension plus ancien : selon un médiateur du Haut conseil islamique, qui avait obtenu le cessez-feu-conclu au mois de mars, certains « éléments incontrôlés » des chasseurs dozos ne respectaient pas les termes de l'accord. Empêchant des bergers peuls de circuler avec leurs bêtes, rackettant un village peul tout entier, ou coupant du bois dans des zones censées être préservées par l'accord.

« Ce sont les jihadistes qui ont commencé », affirme au contraire un dirigeant des chasseurs dozos de la région, qui explique cependant vouloir « trouver une solution ». Des consignes auraient même été données aux chasseurs du cercle de Niono « pour ne pas enflammer la situation ».

Des négociations sont actuellement menées, auprès des chasseurs dozos et des jihadistes, pour tenter, selon les termes d'un médiateur du Haut conseil islamique, de « sauver l'accord » qui avait jusqu'ici mis un terme aux violences, notamment contre les civils.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X