Afrique: Le «bloc africain» soutient l'Éthiopie au Conseil des droits de l'homme de l'ONU

Les réfugiés érythréens dans la région du Tigré en Éthiopie sont amenés ailleurs pour leur propre sécurité.

À Genève, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté mardi une résolution sur la situation dans le Tigré, en Éthiopie, se disant « profondément préoccupé » par la situation et demandant notamment un retrait des troupes érythréennes hors du pays, les accusant d'« exacerber le conflit ». Mais même s'il salue la coopération entre l'Éthiopie et l'ONU sur les crimes commis pendant la guerre, le texte n'a pas reçu l'aval des pays du bloc africain.

Par 20 voix seulement contre 14, et 13 abstentions, le Conseil des droits de l'homme a donc adopté la résolution sur l'Éthiopie âprement négociée par la Slovénie. Mais aucun pays africain représenté n'a voté pour. Et le Gabon, le Malawi, le Sénégal et le Soudan se sont abstenus.

En s'abstenant systématiquement ou en votant en faveur d'une édulcoration du texte durant la session, le « bloc africain » a donc adopté les arguments de l'Éthiopie pour estimer que cette résolution n'arrangeait rien sur le terrain. Cela n'a pas empêché les 17 amendements présentés par l'Érythrée, mais aussi par la Chine et le Venezuela, d'être tous rejetés, malgré le soutien de certains pays du continent, dont notamment le Cameroun qui a servi de porte-parole.

Du reste c'est l'ambassadeur camerounais, au nom du groupe africain, qui a fait valoir le point de vue du continent. Il a notamment souligné l'importance d'attendre les enquêtes en cours des commissions des droits de l'homme de l'ONU et de l'Éthiopie, dont les conclusions conjointes doivent être rendus en août. Il a estimé que la résolution du Conseil n'était pas « constructive ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X