Afrique: La FAO et le secteur privé travaillent main dans la main pour transformer les systèmes agroalimentaires au Proche-Orient et en Afrique du Nord

communiqué de presse

Le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, estime que le secteur privé est un moteur pour les marchés et les consommateurs dont il faut tirer parti pour transformer les systèmes agroalimentaires dans la région du Proche-Orient

Rome/Le Caire, le 12 juillet 2021 - L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) tenait aujourd'hui un dialogue régional avec le secteur privé de la région du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord afin d'envisager de nouveaux partenariats pour transformer les systèmes agroalimentaires et les rendre plus productifs, plus résilients et plus durables. Le thème choisi était «transformer les systèmes agroalimentaires pour atteindre les objectifs de développement durable en œuvrant main dans la main avec le secteur privé».

Dans sa déclaration liminaire, le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, a souligné qu'il était essentiel de nouer des partenariats fructueux et de travailler avec le secteur privé pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), et que celui-ci était un allié indispensable dans la lutte mondiale contre l'insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté rurale.

Il a ajouté que la région Proche-Orient et Afrique du Nord était actuellement confrontée à des difficultés majeures liées à la façon dont la nourriture est produite, transformée, distribuée et consommée et que nous pouvions, ensemble, relever les défis que connaît la région.

Le Directeur général a aussi évoqué l'importance des investissements dans l'agriculture, faisant observer qu'ils pouvaient encourager l'innovation au service de pratiques agricoles plus durables et offrir des possibilités d'emploi décent dans les zones rurales dans le cadre d'un développement rural inclusif.

«Depuis ma prise de fonctions (en tant que Directeur général de la FAO), il y a moins de deux ans, je m'efforce d'établir des modes de collaboration transparents et axés sur les résultats avec le secteur privé, qui visent à accroître les investissements responsables et productifs dans l'agriculture.»

Innovation

La promotion de l'innovation comptait parmi les principaux sujets mis en avant pendant le dialogue.

Le Directeur général de la FAO a souligné que l'Organisation était très favorable aux innovations numériques, notamment aux solutions de financement novatrices qui permettent aux petites et moyennes entreprises d'accéder plus facilement aux services financiers, en particulier dans les zones moins développées, et qui rapprochent les producteurs des consommateurs dans des chaînes de valeur plus courtes et plus résilientes.

«Le secteur privé est idéalement placé pour soutenir les innovations et les technologies améliorées. L'innovation doit être un moteur pour le secteur public et le secteur privé, ainsi que la société civile», a-t-il expliqué, avant de faire savoir que la FAO venait de créer le Bureau de l'innovation afin de continuer d'intégrer et de développer cette dernière dans ses activités.

Le Secrétaire général de l'Union des chambres arabes, M. Khaled Hanafy, est aussi intervenu pendant la séance d'ouverture et a évoqué la nécessité de mener une «révolution agricole» dans la région à l'aide d'outils novateurs, tels que la chaîne de blocs et l'intelligence artificielle, afin de relever les défis liés à l'irrigation, à la mécanisation et à l'environnement et d'assurer la distribution et le stockage de la nourriture.

Ce que fait la FAO

Les Membres de la FAO ont récemment adopté la nouvelle Stratégie relative à la mobilisation du secteur privé (2021-2025) pour produire un changement profond et des innovations dont les effets et bénéfices seront mesurables et durables. Ses objectifs sont les suivants: i) améliorer le fonctionnement des chaînes d'approvisionnement; ii) diffuser les progrès accomplis en matière de données et de science; iii) améliorer la gestion et la diffusion des connaissances; iv) encourager l'adoption de pratiques durables dans les entreprises.

L'Organisation a également inauguré le portail Connect, outil interactif conçu pour attirer et mobiliser les acteurs du secteur privé dans les domaines d'action de la FAO, où les utilisateurs trouveront des possibilités de partenariat ainsi que des mécanismes de collaboration.

La FAO continue d'aider ses Membres à créer des conditions plus favorables aux investissements responsables dans l'agriculture, en particulier grâce aux Principes pour un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires mis au point par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA).

Avec l'Initiative Main dans la main, son programme phare, l'Organisation crée des bases solides pour une action collective retentissante sur le terrain. L'approche privilégiée consiste à établir des partenariats fondés sur l'appariement avec les pays donateurs, les banques de développement, le secteur privé et d'autres parties prenantes pour accélérer la transformation agricole et le développement rural durable.

«Le secteur privé est un moteur pour les marchés, les consommateurs et les agriculteurs. Une plus grande mobilisation de celui-ci peut favoriser le renforcement des capacités, les investissements et un nouveau modèle d'activité professionnel orienté vers les marchés», a expliqué le Directeur général de la FAO.

Le dialogue

La séance d'ouverture, au cours de laquelle M. AbdulHakim Elwaer, Sous-Directeur général et Représentant régional de la FAO pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, a également pris la parole, a été suivie de deux tables rondes.

La première portait sur les solutions ambitieuses que peuvent apporter les relations public‑privé dans les domaines prioritaires au niveau régional ainsi qu'à la concrétisation des ODD au Proche-Orient et en Afrique du Nord. M. Sheikh Majid Sultan Al Qassimi, fondateur associé de Soma Mater, Mme Alzbeta Klein, Présidente-Directrice générale de l'Association internationale de l'industrie des engrais (IFA), M. Ayman Amin Sejiny, Président-Directeur général de la Société islamique pour le développement du secteur privé (Banque de développement islamique) et M. Moez El-Shohdi, Président du Réseau régional de banques alimentaires, y ont pris part.

La deuxième table ronde, consacrée aux promesses des technologies vertes et inclusives dans l'agriculture, a réuni M. Soud Ba'alawy, Président exécutif d'Enspire (Centre financier international de Dubai), Mme Ouiam Lahlou, Professeure à l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat (Maroc), M. Yousef Hamidaddin, Président-Directeur général d'Agri-Tech Accelerator, M. Reginald Lee, Directeur de Grow Asia, et M. Chandra Singh, Directeur du développement commercial chez Elite Agro.

Les résultats du dialogue seront présentés à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche‑Orient, en 2022, afin que les gouvernements et les autres parties intéressées puissent les examiner.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X