Seychelles: 6 navires sri lankais interceptés dans les eaux seychelloises pour pêche illégale au cours des 12 derniers mois

Les Seychelles envisagent à l'avenir de détruire les navires sri-lankais pêchant illégalement dans les eaux seychelloises à la suite d'une demi-douzaine d'incidents au cours de l'année dernière, ont annoncé les autorités, mardi.

Johnny Louys, responsable du contrôle et de la surveillance à la Seychelles Fishing Authority (SFA), a déclaré que six navires immatriculés au Sri Lanka ou avec un équipage sri-lankais ont été capturés aux Seychelles au cours de la dernière année. Il répondait à une question de Philippe Arrissol, député de la circonscription sud de Anse Boileau.

« Parmi les six navires, deux ont déjà été condamnés, un a été relâché faute de preuves suffisantes pour des poursuites et trois sont toujours devant les tribunaux. Pour les affaires judiciaires des trois navires, l'un des capitaines a été inculpé de pêche illégale tandis que l'enquête est en cours pour les autres et que leur équipage est en détention provisoire », a déclaré M. Louys.

Il a ajouté que sur la base des informations recueillies par différentes agences locales et internationales et auprès des pêcheurs locaux, il existe une forte possibilité que davantage de navires pêchent illégalement dans les eaux des Seychelles.

De son côté, le ministre pour la Pêche, Jean-François Ferrari, a déclaré à l'Assemblée nationale qu'en matière de surveillance de son territoire maritime, les Seychelles ont une bonne coopération de la part des partenaires locaux et internationaux mais cela ne suffit pas.

« Nous savons tous que même si nous avons de bonnes structures, elles ne fonctionnent pas seules. Pour protéger nos mers, nous avons besoin d'un gouvernement qui a la volonté politique de faire face aux menaces. C'est difficile car parfois les menaces incluent des coupables venant d'autres pays et souvent de ceux avec qui nous avons de bonnes relations », a déclaré M. Ferrari.

Il a ajouté qu'un travail de prévention est également effectué au niveau bilatéral et "récemment, j'ai informé le haut-commissaire sri-lankais que les actions pourraient être graves et que la destruction des bateaux est envisagée et sera effectuée si ces citoyens continuent de pêcher illégalement dans nos eaux. "

Pendant ce temps, le gouvernement des Seychelles continuera d'investir dans des équipements modernes de surveillance et de détection des crimes et trouvera des moyens de dédommager les pêcheurs locaux qui fournissent des informations sur les activités illégales en mer, a déclaré le ministre.

« Le Département des pêches et la SFA travaillent sur des directives claires pour indemniser les pêcheurs qui signalent aux autorités lorsqu'ils voient des navires étrangers se livrer à des activités suspectes dans nos eaux. Au ministère, nous encourageons nos pêcheurs et ceux qui utilisent nos ressources marines d'eux-mêmes devenir les gardiens de ces ressources », a déclaré M. Ferrari.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, sont également en train de revoir la réglementation de la pêche existante.

« Nous effectuons une révision juridique mettant à jour nos réglementations sur la pêche et, grâce à cela, nous mettrons à jour toutes les dispositions que nous avons remarquées comme présentant des lacunes et des failles juridiques. Cela inclura la réglementation de la pêche récréative dans laquelle des méthodes non durables sont utilisées ; et les étrangers qui pêchent non seulement pour leur propre consommation, mais aussi à des fins commerciales. Très bientôt, nous soumettrons une proposition de modification du règlement de la pêche », a déclaré M. Louys.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X