Afrique du Nord: L'ONU s'inquiète d'une Libye dans «l'impasse» politique et sécuritaire

Le Conseil de sécurité se réunit sur la situation en Libye

Dans une déclaration unanime jeudi et alors que plusieurs ministres étaient présents, les membres du Conseil de sécurité ont pressé les parties libyennes à faire des progrès pour respecter l'échéance électorale de décembre. Encourageants, ils veulent croire à de possibles avancées. Mais leurs positions tranchaient avec celles des principaux acteurs invités à les briefer à New York.

Une « impasse » générale. Le représentant de l'ONU en Libye, Jan Kubis, s'est dit « profondément préoccupé » jeudi 15 juillet : pour lui, les conditions sont loin d'être réunies pour les élections générales prévues pour le 24 décembre, que cela concerne les situations politique, sécuritaire ou budgétaire.

Quant aux 20 000 mercenaires étrangers déployés dans le pays, il est temps de régler la question pour le Premier ministre libyen Abdel Hamid Dbeibah. « La question des mercenaires et des combattants étrangers présents sur le territoire libyen est encore l'une des principales entraves à la stabilité en Libye. Je m'adresse à votre auguste Conseil : il nous faut recevoir une aide pour pouvoir traiter avec la fermeté nécessaire cette question », a-t-il déclaré.

« Créer une dynamique »

Jean-Yves Le Drian, qui présidait le Conseil de sécurité de l'ONU, a proposé un retrait d'abord des combattants syriens de chacun des deux camps simultanément pour « créer une dynamique ». Puis des mercenaires de chacune des parties - sans les nommer, les « Wagner » côté russe et les « Sadate » côté turc.

Même si tous pensent que la paix n'a jamais été autant à portée de main en Libye et ont salué la création d'une commission pour la réconciliation, ils savent aussi que le retrait des mercenaires reste une condition prérequise à toute élection.

Réunies en Suisse du 28 juin au 2 juillet, 75 personnalités libyennes de tous bords, choisies par l'ONU dans le cadre d'un processus de réconciliation, avaient échoué à s'accorder sur les modalités des élections législatives et présidentielle.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X